/news/politics
Navigation

Le maire de Sherbrooke furieux

Bernard Sévigny, maire de Sherbrooke trouve inacceptable que le Ministre Pierre Moreau veuille dicter aux villes comment gérer leur budget.
Photo Agence QMI, Pier-Yves Carbonneau-Valade Bernard Sévigny, maire de Sherbrooke trouve inacceptable que le Ministre Pierre Moreau veuille dicter aux villes comment gérer leur budget.

Coup d'oeil sur cet article

Sherbrooke – Bernard Sévigny, maire de Sherbrooke ne dérougit pas devant les menaces du Ministre Moreau de retenir les transferts de certaines villes en fonction de leur augmentation de taxes.

Bernard Sévigny, maire de Sherbrooke et premier vice-président de l'Union des municipalités du Québec, n'accepte pas les menaces du Ministre des Affaires municipales et de l'occupation du territoire, Pierre moreau, qui a menacé les municipalités du Québec de retenir des sommes qui leur sont dues en fonction du nouveau pacte fiscal transitoire. « On refuse de se faire traiter de cette façon là, le Ministre n'a pas à s'ingérer dans les prérogatives des municipalités, dont le pouvoir de taxation. Il  n'a pas à dicter aux villes comment gérer leur budget. » a déclaré M. Sévigny.

La ville de Sherbrooke annonce une augmentation de taxe foncière de 2,2% pour l'année 2015,  afin de composer avec un manque à gagner de 5,2M$ dû au nouveau pacte fiscal transitoire. « Nous avons fait tous les efforts nécessaires pour combler ce manque, nous avons déjà coupé 10 postes à la ville et nous prévoyons en couper 14 supplémentaires d'ici juin. » a souligné M. Sévigny. La ville compte également utiliser 7,8M$  de ses surplus accumulés de la dernière année. « Ça nous laisse seulement 5,6M$ de marge de manœuvre pour faire face aux imprévus, une tempête de neige importante où un épisode de verglas comme nous avons connu l'an dernier nous mets dans une position risquée de faire un déficit » a ajouté Bernard Sévigny.

« Ça n'a pas de bon sens de traiter les villes ainsi, Je ne vois pas comment le Ministre pourrait réussir à mettre à exécution ses menaces. Il y a 1 100 municipalités au Québec, si 650 de ces municipalités annoncent des augmentations de taxes que le Ministre juge exagérée, que va-t-il faire? Analyser les budgets de 650 villes? J'invite le Ministre à nous mettre à l'épreuve, qu'il vienne vérifier si la ville de Sherbrooke augmente trop les taxes, notre manque à gagner vient en parti des coupures du gouvernement, mais aussi en partie parce que nous avons Hydro-Sherbrooke qui doit également faire face à des augmentations des tarifs d'hydro-Québec. L'analyse de notre budget n'est pas si simple.» a conclu M. Sévigny