/entertainment/stage
Navigation

Savoureux et hors du temps

Les Contes à passer le temps prennent vie dans la Maison Chevalier

Noémie O’Farrell et les comédiens des Contes à passer le temps jouent un tableau haut en couleur où ils donnent vie à une légende amérindienne qui explique les origines de l’automne. Un cerf a tué, lors d’une course organisée par les animaux, un ours et répandu le sang de l’animal, avec ses bois, sur les feuilles des arbres de la forêt.
Photo Courtoisie Cath Langlois Noémie O’Farrell et les comédiens des Contes à passer le temps jouent un tableau haut en couleur où ils donnent vie à une légende amérindienne qui explique les origines de l’automne. Un cerf a tué, lors d’une course organisée par les animaux, un ours et répandu le sang de l’animal, avec ses bois, sur les feuilles des arbres de la forêt.

Coup d'oeil sur cet article

Ils racontent une histoire. Ils regardent les spectateurs droit dans les yeux et les effleurent même, parfois, à l’occasion. Le spectacle Les Contes à passer le temps est une proposition unique et savoureuse.

Ils racontent une histoire. Ils regardent les spectateurs droit dans les yeux et les effleurent même, parfois, à l’occasion. Le spectacle Les Contes à passer le temps est une proposition unique et savoureuse.

Présentée les 19, 20 et 21 décembre à la Maison Chevalier, dans le quartier historique du Petit-Champlain, la quatrième édition des Contes à passer le temps, est pleine de vie.

Le spectateur, dès son entrée dans ce bâtiment historique, est envahi par une ambiance hors du temps.

L’espace de jeu est situé dans une pièce en forme de voûte, tout en briques, où les gens de la compagnie La Vierge folle servent gâteaux, biscuits et gâteries.

Plusieurs thèmes

Les contes de Sophie Grenier-Héroux, Marc Auger, Noémie O’Farrell, Anne-Marie Côté, Marie-Josée Bastien abordent le mensonge, la pauvreté, les retrouvailles entre un fils une mère, la bonté et le feu incendiaire de la passion. Ils sont liés aux quartiers Limoilou, Montcalm, Saint-Jean-Baptiste, Saint-Roch et Saint-Sauveur.

Anne-Marie Côté est totalement savoureuse, avec ses accents et ses mimiques, dans le conte Gina Roberge: fait avec amour, où elle joue une femme qui cuisine les meilleures tourtières au monde dans un petit resto de Saint-Roch.

Noémie O’Farrell (Le Grand incendie), Jacques Lessard (La Grande Hermine) et une finale tout en folie, où tous les comédiens jouent une légende amérindienne, qui explique l’origine de l’automne font aussi partie des bons moments de cette soirée.