/opinion/columnists
Navigation

Le gaffothon

Le ministre Jean D’Amour, lui, rénove son bureau de circonscription au coût de 228 000 $

Coup d'oeil sur cet article

On échappe de moins en moins à l’impression que le gouvernement Couillard n’avait pas réfléchi aux compressions qu’il voulait faire avant d’être élu. Il connaissait la destination, mais n’avait pas planifié l’itinéraire.

Comme les ministres ont reçu des commandes de «livrer» des compressions dans les meilleurs délais, ils se lancent dans toutes les directions dans la plus complète improvisation.

Quand on impose des sacrifices aux autres, on a aussi intérêt à prêcher par l’exemple.

Oups

La semaine dernière, le gouvernement annonce qu’il met fin à la subvention de 175 000 $ versée aux Publications BLD, qui publie notamment la revue de vulgarisation scientifique Les Débrouillards, très populaire chez les jeunes.

Tollé inversement proportionnel à l’insignifiance de la somme dans le portrait financier global. C’est ce qu’on appelle se tirer dans le pied avec une Kalachnikov. Mais attendez, ça devient encore meilleur.

La raison invoquée par le ministère de l’Économie, de l’Innovation et des Exportations? La vulgarisation scientifique «ne cadre pas» avec les priorités des troupes du ministre Jacques Daoust.

Pardon? Si la vulgarisation scientifique ne «cadre» pas avec l’innovation scientifique, elle «cadre» avec quoi?

Pardi! Elle «cadre» sans doute avec les priorités du ministère de l’Éducation, non? Euh, à bien y penser, rien n’est moins sûr puisque le ministre Bolduc nous a dit qu’aucun enfant ne mourra si on met les bibliothèques scolaires au régime minceur.

M. Daoust change donc d’idée. Pour justifier son triple salto arrière avec boucle piquée, son cabinet nous gratifie d’un communiqué qui dit que le ministre «ne retient pas les orientations de son ministère».

Vous saisissez la subtilité? C’était une mauvaise idée de ses fonctionnaires. Il la trouvait pourtant assez bonne pour l’avoir endossée. Heureusement pour les scientifiques en herbe que le ministre a eu une épiphanie.

Remarquez, il a dû emprunter l’idée de blâmer ses fonctionnaires à son collègue de l’Environnement. Quand la Cour supérieure a ordonné la suspension des forages à Cacouna, le ministre Heurtel nous a dit que ce sont ses fonctionnaires qui délivrent les certificats d’autorisation, pas lui.

Mais soyons charitables, depuis, il a fait amende honorable en adoptant un béluga.

Mépris

Pendant ce temps, la ministre de la Famille, Francine Charbonneau, s’offre un nouveau bureau de circonscription au loyer deux fois plus élevé que l’ancien, ce qu’elle ne savait pas, pas plus que son adjointe au bureau en question.

Le ministre Jean D’Amour, lui, rénove son bureau de circonscription au coût de 228 000 $, ce que le premier ministre justifie en disant: «Ce n'est pas comme quelqu'un qui décide d'aller chez Ikea parce qu'il est nommé ministre». Lumineux. Pour le bien du Québec, je suis prêt à endurer des compressions difficiles, mais intelligentes et réfléchies. Je ne suis pas prêt à supporter des stupidités insultantes et improvisées.