/news/consumer
Navigation

Non au vapotage dans les autobus

TOBACCO-ECIGARETTES/
Photo d’Archives La cigarette électronique est de moins en moins tolérée dans les lieux publics.

Coup d'oeil sur cet article

Il n’y a pas que la Société de transport de Montréal qui se prépare à interdire la cigarette électronique. Déjà banni des autobus de l’Outaouais, de Trois-Rivières et de Sherbrooke, le vapotage risque d’être bientôt proscrit de la plupart des autobus de la province.

Utilisée par de nombreux fumeurs pour se libérer de leur dépendance au tabac, la cigarette électronique est, comme la vraie cigarette, de moins en moins tolérée dans les lieux publics.

«Ce n’est pas encore fait, mais d’ici quelques semaines, le Réseau de transport de la Capitale (RTC) va interdire le vapotage», signale la porte-parole de la Société de transport de Québec, Julie Drolet.

En attendant, le RTC fait appel au civisme des clients et leur demande de vapoter à l’extérieur, pour ne pas incommoder les autres usagers avec les odeurs.

La Société de transport de Saguenay compte elle aussi réglementer à ce sujet. «Nos chauffeurs ont eu des problèmes avec des clients qui vapotaient dans les autobus et les abribus», expose sa relationniste, Louise Malaison. Nous prévoyons interdire la cigarette électronique de la même façon qu’on interdit la cigarette.»

Non sur la Rive-Sud

«Dans notre région, il n’y a pas de problème particulier, assure Évelyne D’Avignon, directrice générale du Conseil intermunicipal de transport de la Vallée-du-Richelieu. On a décidé d’être proactif pour ne pas en avoir. Un règlement à cet effet doit être adopté en février».

Pour l’instant, il est encore possible de vapoter dans les autobus de Laval et de Longueuil. «Nous sommes en réflexion sur la position que nous allons adopter, signale la responsable des affaires publiques du Réseau de transport de Longueuil (RTL), Anne-Louise Milot. Une décision devrait être prise d’ici trois mois. Jusqu’à maintenant, le RTL a reçu quelques plaintes à ce sujet.

De son côté, la directrice des communications de la Société de transport de Laval, Marie-Céline Bourgault, souligne qu’en 2015, il devrait y avoir une prise de position commune de la part des sociétés de transport de la province. «En attendant, on n’encourage pas les gens à vapoter dans nos autobus, mais rien ne les empêche de le faire.»