/news/health
Navigation

Apnée du sommeil: elle cesse de respirer 111 fois l'heure

Apnée du sommeil:  elle cesse de respirer 111 fois l'heure
CAPTURE D'ÉCRAN/TVA NOUVELLES/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Une résidente de Saint-Pascal, dans le Bas-St-Laurent, est incapable d'obtenir une rencontre avec son pneumologue pour faire l'achat d'un appareil pour l'apnée du sommeil.

Un appareil qui pourrait sauver la vie de Sonia Migneault, elle qui cesse de respirer presque toutes les 30 secondes la nuit.

Sonia Migneault semble dormir. Pourtant, sa vie est en danger. Elle cesse de respirer 111 fois l'heure. C'est presque deux fois par minute. Encore plus inquiétant, elle manque d'oxygène 15 fois à l'heure.

«C'est un petit muscle qui rouvre et qui ferme. Moi, il rouvre, mais des fois il reste fermé pendant un bout de temps pis après ça rouvre», a expliqué la femme rencontrée à son domicile.

«Quand il nous a dit 111, on est pratiquement tombé sur le dos. 111 c'est beaucoup dans une heure, il ne reste pas grand temps qu'elle respire dans cette heure-là», a affirmé son conjoint Yvon Thériault.

La femme de 37 ans souffre notamment de l'apnée du sommeil. Elle attend depuis des mois les autorisations d'un pneumologue pour faire l'achat de l'appareil qui lui permettra de dormir sur ses deux oreilles.

«Notre calvaire n'est pas fini. Pour avoir la machine, ça prend une prescription du pneumologue, la machine pas bien ajustée, ça prend encore une prescription du pneumologue. Toute marche en fonction du pneumologue. Si lui ne se grouille pas le cul, les autres ne peuvent pas avancer», a dit son conjoint.

«Je me lève, mais je suis encore fatiguée, je m'endors. J'ai pas d'énergie le matin. Des fois je suis obligée de me coucher l'après-midi parce que je suis fatiguée», a expliqué la dame.

Sonia Migneault connait l'efficacité de l'appareil. Elle l'a utilisé pendant une semaine question de faire des tests, mais l'hôpital a refusé de lui laisser, car c'était un appareil «exploratoire».

«C'est ça qui est rendu notre système de santé même si on en parle que le système de santé est magané, le monde ose dire que ce n'est pas le cas», a-t-elle dit avec rage.

La résidente de Saint-Pascal est consciente que son surplus de poids ne l'aide pas. «Je fais attention, je ne mange pas de chips, je ne prends plus de liqueur. Je vais prendre des marches, j'essaie de me tenir occupée pour perdre du poids.»

Rappelons que cet été Sonia Migneault avait dû être réanimée à la suite d'une opération. Depuis, elle cherche constamment son souffle.