/news/health
Navigation

Il se fait traiter en Allemagne

Les médecins québécois ne pouvaient rien faire pour lui

«J’ai maintenant bon espoir de rémission», affirme Louis Cliche, après avoir subi un traitement au laser, en Allemagne, pour sa tumeur au foie.
JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNAL DE QUÉBEC «J’ai maintenant bon espoir de rémission», affirme Louis Cliche, après avoir subi un traitement au laser, en Allemagne, pour sa tumeur au foie.

Coup d'oeil sur cet article

Alors que les médecins québécois ne pouvaient plus rien pour lui, un résident de Lévis atteint d’un cancer s’est rendu en Allemagne subir une intervention au laser qui a détruit sa tumeur au foie.

«J’étais pris dans le coin. Je savais que je m’en allais vers la mort.J’ai maintenant bon espoir de rémission. En cherchant sur internet, j’ai appris l’existence de cette intervention au laser pratiquée depuis plus de 21 ans par le Dr Thomas Volg, à l’hôpital universitaire Goethe de Francfort», rapporte Louis Cliche.

Lorsqu’il en a fait part à des oncologues et à des radiologistes québécois, étonnamment ceux-ci ne semblaient pas au courant de ce type de procédure. «C’est incroyable qu’une telle technique au laser, beaucoup moins lourde que la chirurgie traditionnelle, ne soit pas offerte au Québec. Imaginez les vies que cela pourrait sauver ici», exprime M. Cliche.

Tumeur inopérable

Le Lévisien âgé de 73 ans avait déjà subi l’ablation d’une partie du foie afin d’extraire une première métastase. La seconde tumeur était inopérable, parce que située à un endroit très vascularisé.

«On ne va pas là avec un bistouri. En Allemagne, le Dr Volg a fait une toute petite incision, afin d’insérer dans le foie le laser de fibre optique qui envoie des impulsions pour brûler la tumeur. Le chirurgien s’est guidé par résonance magnétique», explique M. Cliche.

Rapide et sans douleur

L’intervention, réalisée le 25 novembre, a duré une quinzaine de minutes tout au plus. Le patient a pu quitter l’hôpital quelques heures plus tard. «Cela s’est fait sans douleur. La veille, j’avais subi une embolisation par l’artère fémorale, afin d’injecter des produits pour détruire les racines qui alimentent la tumeur au foie», relate M. Cliche, encore épaté par la qualité des soins reçus en Allemagne.

Les examens faits le lendemain ont montré que la procédure avait été un succès. Il doit retourner en Allemagne en mars pour un suivi. L’intervention au laser lui a coûté 3500 euros (autour de 5000 $) et l’embolisation, 4000 euros (environ 5700 $).

«Ma vie était en jeu», glisse M. Cliche. Il a essuyé un refus de la Régie de l’assurance-maladie du Québec (RAMQ) pour le remboursement de son intervention, mais si c’était à refaire, il n’hésiterait pas une seconde.


 

Une technique intéressante, inconnue ici

La technique au laser est intéressante, mais encore ignorée au Québec, confirme un radiologiste d’intervention exerçant dans un hôpital universitaire montréalais.

«Ce laser-là apparaît comme une belle approche. Une variante est pratiquée ici, la thermo-ablation, mais elle ne peut pas être utilisée lorsque la lésion au foie est située près de la veine porte, très vascularisée, à cause du risque trop élevé de complications. La seule option qui reste, c’est la chimiothérapie», expose ce médecin spécialiste qui a demandé à ce que son nom ne soit pas publié.

«On devrait avoir cet équipement au laser dans notre arsenal thérapeutique. Si j’étais dans la situation de M. Cliche, j’irais probablement en Allemagne, afin d’augmenter mes chances de survie», affirme le radiologiste.

Le Vancouver General Hospital utilise depuis l’automne un laser de fibre optique pour détruire des tumeurs au cerveau, sans avoir à ouvrir le crâne.


Traitement au laser Medilas
 
  • Dispositif compatible avec l’imagerie de résonance magnétique
  • Utilisé en Allemagne depuis plus de 20 ans pour détruire les tumeurs au foie
  • Homologué aux États-Unis depuis 1997
  • Non accessible au Québec