/news/provincial
Navigation

Le maire Labeaume rend visite à des familles dans le besoin

Le maire Labeaume rend visite à des familles dans le besoin
Photo Elisa Cloutier

Coup d'oeil sur cet article

C’était Noël avant le temps mercredi matin, alors que le maire Régis Labeaume est sorti de ses vacances afin de remettre des paniers de denrées à des familles dans le besoin du quartier Saint-Sauveur.

«Maman, c’est le maire Labeaume!» s’exclamait une petite fille, surprise de le voir rentrer chez elle, les mains remplies de sacs. Accompagné de ses enfants, du cardinal Gérald Cyprien Lacroix et du ministre de l'Emploi et de la Solidarité François Blais, Régis Labeaume se rendait dans cinq appartements d’un immeuble à logements de la rue Boisseau, pour remettre des paniers de Noël.

C’est la quinzième année que le maire participe à l’événement de l’organisme Le Pignon Bleu, qu’il a d’ailleurs cofondé. «On a commencé ça avec quelques copains et là, c’est presqu’une multinationale!» lançait-il à la blague, devant la dizaine de bénévoles sur place. «Quand on arrive le 24 au soir, ça nous fait un beau sentiment. On est plus humble dans nos festivités», indiquait-il, alors que tout le monde s’en donnait à cœur joie sur les airs de Noël c’est l’amour.

Cette activité est importante pour le maire, qui mentionne qu’elle est inscrite à l’agenda dès le début de l’année. «C’est bon pour tout le monde de faire ça!», s’exclamait celui qui prévoit un réveillon «plutôt tranquille» ce soir. «On reste en famille. On va ouvrir une bonne bouteille de vin et des cadeaux.»

Un réveillon différent pour 89 familles

Au total, Le Pignon Bleu rend visite à 89 familles, dont 60% sont monoparentales, la veille de Noël. «Chaque famille a son propre panier personnalisé d’une valeur de 500 $. On tient compte de leur besoin et de ce qu’on a pu recueillir pendant l’année», explique Richard Foy, directeur général de l’organisme.

Une mère comblée

Cathy, mère d’une famille de huit enfants, était particulièrement heureuse de recevoir de la visite ce matin. «Ça nous donne beaucoup de joie et de plaisir. Le temps des fêtes est avant tout un temps de partage», souligne la femme d’origine congolaise. «Avec ces sacs, je vais pouvoir faire un gros réveillon!», s’exclamait-elle.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.