/opinion/blogs
Navigation

Un cadeau de Grec en éducation

Lettres attachées
Patricia Blackburn

Coup d'oeil sur cet article

Se pourrait-il que vous ayez laisser entrer chez vous un cheval de Troie ? Vous savez, ce genre de cadeau empoisonné aux allures grandioses qui sait vous convaincre que vous êtes important aux yeux de celui qui l'offre, mais qui cache un piège dont on n'en mesure l'ampleur qu'une fois tombé dedans. Je crois bien qu'on promet peut-être à mes petits-enfants un cadeau de ce type !

Le cadeau semble vouloir leur être offert en simultané, par deux pays amis, la Finlande et les États-Unis. Il s'agit de l'abandon de l'enseignement de l'écriture cursive dans les écoles et donc, le début de la fin de l'écriture manuscrite chez les enfants.

Passer du cahier au clavier serait plus «rentable» pour mes petits-enfants, dit-on. Tout ce temps perdu à l'école à apprendre à écrire en lettres attachées pourrait être investi dans le développement de bonnes compétences dactylographiques, beaucoup plus utiles pour eux dans leur vie et leurs études. L'évidence même... pourrait-on croire.

On aurait juste à comparer les outils les plus performants pour un enfant dans l'avenir pour se convaincre des bons choix à faire. Taper plus rapidement sur un clavier ou développer une belle main d'écriture... le choix semble facile !

Et bien non, justement, pas si simple.

Pour mémoriser les lettres et leurs enchaînements afin de composer des syllabes et apprendre à écrire, rien ne remplace le recours à la motricité fine qui influence le développement cérébral de l’enfant et connecte des zones différentes de son cerveau. Ce reportage - «La fin de l‘écriture est-elle signée ?» - sur Euronews nous en dit davantage...

Au Québec, une chercheuse de l'Université de Montréal, Isabelle Montésinos-Gelet, s'est intéressée à ce sujet et ses conclusions sont sans appel : «Il ne faut pas abandonner l’écriture en lettres attachées» (source).

C'est aussi ce que révèle mon expérience de directeur d'école au préscolaire / primaire : «Les enfants qui n'apprennent à écrire qu’en lettres cursives ont une meilleure syntaxe» que ceux qui apprennent également par le truchement de l’écriture scripte. Cette étude (En) menée auprès de 718 enfants de 54 classes de 2e année du primaire le prouve.

En voulant faire l'économie des efforts nécessaire pour apprendre l'écriture cursive, les responsables de l'éducation en Finlande et aux États-Unis offrent un cadeau empoisonné aux enfants et aux parents.

«La raréfaction dans la vie quotidienne des documents écrits en lettres cursives» (source) ne me convainc aucunement de compromettre l'apprentissage de l'écrit en abandonnant une approche qui a fait ses preuves.

Je suis un adepte de l'utilisation du numérique, mais sur cet enjeu, privilégier le clavier ne représente pas le bon choix. Si une exception peut-être faite pour des enfants dyslexiques ou pour la dysorthographies, la règle générale devrait demeurer pour ce qui est de l'utilisation des crayons et de l'écriture manuscrite. Si l’abandon de la calligraphie au profit de la dactylographie en milieu scolaire constituerait «un symbole supplémentaire du passage à l’ère numérique» (source), il n'en représenterait pas moins un recul pour ce qui est de l'apprentissage de la langue.

Je ne veux pas de ce cadeau de Grec pour mes petits-enfants.