/slsj
Navigation

L’an 2014 au pays des Bleuets

Rappel des principaux événements qui ont marqué la scène culturelle du Saguenay–Lac-Saint-Jean

Coup d'oeil sur cet article

Voici le deuxième de trois reportages des faits marquants de la dernière année culturelle dans la région.


 

Mai: budget historique pour les 25 ans de Jonquière en musique

Pour sa 25e édition, Jonquière en musique a vu son budget annuel destiné aux artistes majoré de 35 000 $ pour ainsi passer à 135 000 $.

«On a eu une subvention additionnelle de 20 000 $ de la ville de Saguenay. À cela, on ajoute 10 000 $ supplémentaires de la part de nos commanditaires. Il y a aussi un 5000 $ qu’on a récupéré en revoyant les horaires de travail de nos employés durant le festival», a expliqué le directeur général de Jonquière en musique, Alain Tremblay.

Les Cowboys Fringants
Photo d'archives, Roger Gagnon

C’est donc tout un été qui a été proposé aux spectateurs au parc de la Rivière-aux-Sables avec des noms tels que Daniel Bélanger, Voïvod, Claude Dubois, Cayouche et Les Trois Accords.

Le Journal ne peut passer sous silence, le fameux spectacle du 3 juillet dans lequel Les Cowboys Fringants ont livré une performance déchaînée devant une foule record de 16 000 personnes.

On a également appris, au mois d'octobre, que Jonquière en musique a généré, selon une étude dont Le Journal a obtenu copie, des retombées économiques de près de 3 millions de dollars.


 

Juin: Les Fous du Roi abandonnent l'église Christ-Roi

À l'image de Québec qui a son école de cirque, la troupe régionale, Les Fous du Roi, caresse également le rêve, depuis quelques années, d'en ouvrir une sur le territoire de Saguenay.

Après avoir perdu l'église Saint-Jacques d'Arvida aux mains de Québec Issime en 2012, Les Fous du Roi avaient dans leur mire l'église Christ-Roi de Chicoutimi.

Les Fous du Roi
photo courtoisie

Malheureusement, une étude qu'ils ont commandée révèle que l'établissement est en piteux état.

«Nous voulons désormais nous installer dans une bâtisse neuve. Dans les prochains mois, nous allons faire des démarches au niveau de la ville de Saguenay pour voir s’il y a des terrains ou des bâtiments disponibles. Saguenay est déjà partenaire dans le projet et elle y croit. Il suffit seulement de définir avec elle nos vrais besoins», explique Luc Larouche, l'un des fondateurs de la troupe.

Ce dernier a également affirmé au Journal leur intention de remettre l'étude à la paroisse Christ-Roi et à la ville de Saguenay.


 

Juillet: Des ventes record pour le passeport de Festirame

La programmation de la 41e édition de Festirame a certainement plu aux festivaliers puisque tous les passeports ont trouvé preneurs.

«Nous en avions 6000 de disponibles et nous avons dû en faire imprimer 1000 de plus pour répondre à la demande. C'est la première fois que ça nous arrive», expliquait la directrice générale de l'événement, Karine Desmeules.

Marie-Mai
Photo d'archives

L'un des spectacles les plus populaires de la dernière édition fut certainement celui de Marie-Mai qui a accueilli une foule record de 8000 personnes à place Festivalma. Après avoir livré, dès son entrée sur scène, une belle performance avec les chansons Conscience et Qui prendra ma place, les musiciens de Marie-Mai lui ont même chanté le traditionnel Bonne fête tout de suite après qu'elle ait affirmé ceci: «Les deux dernières fois que je suis venue ici, c'était mon anniversaire. Je pense que je peux me permettre de fêter un peu plus longtemps, même si nous ne sommes pas le 7 juillet, car c'est mon 30e cette année». Nous étions cinq jours plus tard, soit le 12 juillet.


 

Août: Le retour de Louis Champagne

Pratiquement écarté des stations de radio majeures de la région depuis 2008, Louis Champagne a retrouvé un micro d'importance, le 18 août, sur les ondes de la station jonquiéroise CKAJ-FM. «La première chanson qu'on va entendre, c'est la première chanson que j'ai jouée à mes débuts à la radio, Clap your hands des Beau-Marks», a indiqué d'emblée Louis Champagne à ses auditeurs dans sa nouvelle émission du retour à la maison de 15 h à 18 h, Champagne Forever.

Louis Champagne
Photo d'archives, Roger Gagnon

Dès que la musique a cessé, la bête de radio a avoué qu’il est heureux de parler à plus de gens qu'à l'époque de la station de La Baie. C'est sous le coup de 15 h que le controversé animateur, qui cumule plus de 50 ans de carrière, a ouvert la bouche pour la première fois derrière son nouveau micro. Il était accompagné de ses coanimateurs André Deschênes et Dominic Bolduc, tous deux très fiers de partager le micro avec un monument de la radio.

Cette émission du retour n'a pas fait long feu puisque M. Champagne a été redirigé à l'émission du matin après que les animateurs Marie-Christine Bernard et Jean-François Thorn aient été licenciés le 23 octobre dernier.

Avec la collaboration de Laura-Jessica Boudreault

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.