/travel
Navigation

Sœur Flora Blanchette, une vie sur L’Île-à-Vache

Voyager autrement 0103
Photo courtoisie, Paul Simier Madame-Bernard, le chef-lieu de l’Île-à-Vache.

Coup d'oeil sur cet article

L’ÎLE-À-VACHE (Haïti) | Ici, tout le monde connaît son nom et plusieurs la connaissent personnellement. Dès que vous évoquez Sœur Flora, chacun a un bon mot pour cette religieuse québécoise qui consacre sa vie à soigner des enfants handicapés, à recueillir des orphelins, à scolariser des enfants et à dispenser une formation aux jeunes filles.

À Madame-Bernard, le village central de L’Île-à-Vache, l’orphelinat et le dispensaire fondés par Sœur Flora se situent sous les arbres en haut de la petite côte face à l’embarcadère. L’école, également créée par la religieuse québécoise, se trouve juste en face, de l’autre côté du sentier.

Un employé, un jeune enfant auprès de lui, est en train de repeindre le mur du bâtiment abritant les dortoirs de l’orphelinat qui compte plus de 70 pensionnaires.

En attendant que Sœur Flora se libère, l’un de ses assistants nous fait faire la visite en commençant par la salle de soins où l’on s’occupe des polyhandicapés. Il s’agit de tout jeunes enfants dont personne à travers le pays ne veut s’occuper et que l’on dirige vers l’orphelinat de L’Île-à-Vache.

C’est ce type de bateau qui permet aux habitants de L’Île-à-Vache de se rendre sur la grande île.
Photo courtoisie, Paul Simier
C’est ce type de bateau qui permet aux habitants de L’Île-à-Vache de se rendre sur la grande île.

Car on sait que Sœur Flora ne refuse aucun enfant.

«Ce sont aussi des êtres humains», nous dira-t-elle à leur sujet.

Le local attenant fait usage de salle de cours. Deux enseignants s’occupent d’une dizaine d’adolescents, tous en fauteuil roulant. En apercevant les visiteurs, le regard de ces jeunes s’illumine. Quelques-uns arrivent à esquisser un geste de la main pour répondre à notre bonjour.

Courbée sur ses béquilles - elle vient de se fracturer une jambe - la religieuse septuagénaire paraît encore plus frêle et plus menue. «Ça ne m’empêche pas de faire mon travail», nous lance-t-elle.

Tantôt cajolant un bébé que lui présente l’une des trois infirmières françaises bénévoles venues l’assister durant six mois, tantôt saluant un à un «ses» enfants sortant de l’école adjacente, Sœur Flora est omniprésente.

Arrivée en Haïti en 1979, Sœur Flora Blanchette s’est installée deux ans plus tard à L’Île-à-Vache qu’elle n’a plus quittée.

Sœur Flora Blanchette en compagnie des enfants de l’école qu’elle a créée sur L’Île-à-Vache.
Photo courtoisie, Paul Simier
Sœur Flora Blanchette en compagnie des enfants de l’école qu’elle a créée sur L’Île-à-Vache.

Seule religieuse sur les lieux, elle a mené à bien la construction des infrastructures qui lui semblaient indispensables pour cette petite île de 13 000 habitants.

À présent, l’orphelinat héberge plus de 70 enfants, l’école en accueille des centaines, tandis que les plus âgés sont dirigés vers les écoles des Cayes, en face sur la grande île, et où les jeunes filles peuvent suivre une formation.

Ses besoins matériels les plus pressants sont bien simples: des souliers et des vêtements pour enfants et jeunes de tous âges, soit de bébé à 20 ans.

Comme de plus en plus de vacanciers québécois choisissent, grâce à Vacances Transat, de passer des vacances en Haïti, rien n’est plus simple que de remplir une valise de ce type d’articles, Air Transat acceptant de transporter, gratuitement, deux valises par passager. Durant leur séjour à Port-au-Prince, les vacanciers peuvent acheminer leurs dons à la maison-mère des Sœurs de Saint-François d’Assise, communauté à laquelle appartient Sœur Flora Blanchette.


REPÈRES

  • On se rend à L’Île-à-Vache au départ de Port-au-Prince par une (bonne) route (environ trois heures et demie) jusqu’au port des Cayes. 
  • L’orphelinat de Sœur Flora Blanchette se situe à Madame-Bernard, le chef-lieu de L’Île-à-Vache.
  • Port-au-Prince, la côte des Arcadins et la région du Nord, avec Cap Haïtien, figurent dans les forfaits proposés par Vacances Transat. Disponible dans toutes les agences de voyages.
  • Air Transat assure en cette période deux vols, le lundi et le mercredi, au départ de Montréal vers Port-au-Prince.
  • Les passagers d’Air Transat peuvent enregistrer gratuitement deux bagages d’un total de 50 kg.
  • Voici l’adresse de la communauté à laquelle appartient Sœur Flora: Sœurs de Saint-François d’Assise, Ave N #33, Turgeau, Port-au-Prince.
  • Info: www.haititourisme.gouv.ht