/entertainment/movies
Navigation

Succès pour les cinéastes régionaux

Plusieurs se sont démarqués sur la scène nationale et internationale en 2014

Coup d'oeil sur cet article

Sébastien Pilote, Nicolas Lévesque, Jean-Marc E. Roy et Jean-Pierre Bergeron sont quelques-uns des cinéastes de la région qui se sont démarqués sur la scène nationale et internationale en 2014.

Sébastien Pilote, Nicolas Lévesque, Jean-Marc E. Roy et Jean-Pierre Bergeron sont quelques-uns des cinéastes de la région qui se sont démarqués sur la scène nationale et internationale en 2014.

Revisitons quelques-uns de leurs exploits de la dernière année.

Sébastien Pilote
Photo Courtoisie

En plus d’avoir été sélectionné pour siéger comme jury au Festival international de films de Fribourg, en Suisse, en avril dernier, le réalisateur Sébastien Pilote a également obtenu un Trophée francophone du meilleur film à Paris à la fin octobre pour Le démantèlement.

C’est lors d’une émission animée par Michel Drucker qu’il a pu recevoir sa grande distinction internationale, une visibilité sans bornes pour le Chicoutimien.

«C’est juste plaisant, car ça fait connaître le film dans d’autres pays de la Francophonie. Ce n’est pas juste la France, le Québec ou les États-Unis. TV5 Monde, ça rejoint beaucoup de gens. On parle de 100 pays et d’un potentiel de 225 millions de téléspectateurs, comme au Burkina Faso, Sénégal, Cambodge, etc.», a indiqué fièrement le cinéaste.

Nicolas Lévesque
Photo Courtoisie

Même s’il avait déjà un solide CV comme photographe et cinéaste, disons que le Robervalois d’origine, établi aujourd’hui à Saguenay, Nicolas Lévesque, a connu toute une année en 2014.

Il a d’abord recruté en début d’année par l’ONF, avec quatre autres cinéastes, afin de relancer le genre documentaire court puis ses images ont aussi été sélectionnées par le monument du cinéma québécois, Jean-Claude Labrecque.

Au printemps, celui-ci est venu à Péribonka pour tourner, sur pellicule, son prochain documentaire qui portera sur les traces du tournage du film Maria-Chapdelaine, en 1934, par le Français Julien Duvivier.

Lévesque était chargé de prendre des images en HD durant le tournage et ses séquences étaient tellement bonnes, selon la productrice, que M. Labrecque a finalement décidé de les intégrer à son œuvre.

En plus de cette belle attention pour la qualité de son travail, son plus récent court-métrage, In Guns we Trust, s’est vu invité dans plusieurs grands festivals, comme le «Tribeca Film Festival» de New York.

En terminant, Nicolas Lévesque a aussi obtenu du financement de la part de la SODEC pour écrire son premier long-métrage qui traitera de la chasse aux phoques aux Îles-de-la-Madeleine.

Jean-Marc E. Roy
Photo Courtoisie

Départ canon pour le court-métrage Nevermind, mettant en vedette Sophie Cadieux. Réalisé par le Saguenéen Jean-Marc E. Roy, Nevermind, en plus d’obtenir plusieurs laissez-passer pour des festivals étrangers importants, a reçu en février le prix Air Canada.

Pour une durée de six mois, le film de Roy a donc été diffusé dans tous les avions de la compagnie aérienne avec un bassin potentiel de 12 millions de spectateurs. Mais une bonne nouvelle ne vient jamais seule.

Après plusieurs années d’efforts avec son comparse cinéaste Philippe David Gagné, leur court-métrage Bleu tonnerre a finalement reçu une subvention de la SODEC.

«C’est un film qui a été tourné entièrement au Saguenay avec beaucoup de gens d’ici d’impliquer. On a bien hâte de le livrer au public. Bleu tonnerre, c’est quatre ans et demi de travail acharné. On a eu plusieurs embûches comme l’attente des subventions et les conflits d’horaire», avait confié Jean-Marc E. Roy au Journal.

Produit par Voyelles Films, Bleu tonnerre est une comédie musicale avec comme personnage principal, l’auteur-compositeur-interprète Dany Placard et l’actrice Sandrine Bisson.

Jean-Marc E. Roy aimerait bien que la première québécoise se fasse lors de la 19e édition du festival Regard, en mars 2015, à Saguenay.

Jean-Pierre Bergeron
Photo Courtoisie

Le comédien et réalisateur Jean-Pierre Bergeron s’est associé, en fin d’année, à l’entreprise régionale Jim & Jane Productions pour produire, en 2015, son premier long-métrage, Hitchhiking in the Dark. Avec comme tête d’affiche Roy Dupuis et Guylaine Tremblay, cette création sera tournée presque en totalité à Arvida.

«Je suis heureux d’être soutenu par ma ville natale», avait mentionné le réalisateur jonquiérois d’origine Jean-Pierre Bergeron.

Un budget de 900 000 $ sera nécessaire afin de réaliser le long-métrage. Jusqu’à maintenant, 135 000 $ ont été trouvés, dont 25 000 $ qui proviennent du Bureau du cinéma de Saguenay.

- En collaboration avec Laura-Jessica Boudreault