/travel
Navigation

Découvrir Cuba, avant l’invasion américaine

voyageurs avertis - simier - La ville de Trinidad figure parmi l
Photo courtoisie La ville de Trinidad figure parmi les neuf sites historiques et naturels de Cuba classés au Patrimoine mondial par l’UNESCO.

Coup d'oeil sur cet article

Ce n’est sans doute pas de sitôt que les hordes de touristes américains vont fouler le sol de Cuba. Mais la récente annonce d’un réchauffement entre les États-Unis et l’île des frères Castro augure un changement à moyen terme. C’est là une raison majeure d’aller explorer Cuba au-delà de ses plages.

Ce n’est sans doute pas de sitôt que les hordes de touristes américains vont fouler le sol de Cuba. Mais la récente annonce d’un réchauffement entre les États-Unis et l’île des frères Castro augure un changement à moyen terme. C’est là une raison majeure d’aller explorer Cuba au-delà de ses plages.

Le jour où le blocus tombera et que les Américains pourront se rendre librement à Cuba, on peut s’attendre à des bouleversements dans la vie de cette île. Cuba n’est qu’à 180 km des côtes de Floride.

Deux catégories d’Américains se hâteront d’aller visiter le pays qui, durant plus de 55 ans, aura nargué le régime de Washington.

D’abord, il y aura les Américains d’origine cubaine, notamment ceux de la première vague, proches du régime dictatorial de Batista, qui ont fui Cuba, sentant proche le triomphe de la révolution. Ensuite, il y aura une masse de citoyens américains en quête d’exotisme, curieux d’aller à la découverte d’un pays bloqué dans son évolution par l’effet du blocus économique.

Avec un pouvoir d’achat supérieur à celui des Canadiens et surtout avec une devise plus forte, les Américains vont rapidement bouleverser l’ordre établi dans les échanges touristiques.

Les voyagistes d’ici paient leurs chambres d’hôtel en dollars canadiens et négocient à petits prix. Outre une hausse des prix, les touristes américains entraîneront forcément un changement des mentalités chez les Cubains.

Trésors du patrimoine

Les 400 ans de régime espagnol ont laissé une forte empreinte sur cette grande île de 110 000 km2. Cuba, à l’époque coloniale espagnole, était riche grâce à la production de sucre, de tabac et de café. Ces trois productions agricoles se trouvaient réparties dans des régions différentes, selon le sol et le relief convenant le mieux.

Les exploitants agricoles en ces temps-là, avaient leur maison aux abords de leurs cultures, mais possédaient une résidence dans la ville la plus proche. C’est ainsi qu’on découvre à travers tout le pays des merveilles héritées de ce patrimoine, autant en ce qui concerne les bâtiments religieux que profanes.

Au total, neuf sites cubains sont classés au Patrimoine mondial par l’UNESCO, soit dans le domaine historique: le Centre historique de Camagüey, le Centre historique urbain de Cienfuegos, le Château de San Pedro de la Roca, Santiago de Cuba, le Paysage archéologique des premières plantations de café du sud-est de Cuba, Trinidad et la vallée de Los Ingenios (sucreries), la Vallée de Viñales (région de production de tabac) et la Vieille ville de La Havane et son système de fortifications.

Le Parc national Alejandro de Humboldt et le Parc national Desembarco del Granma sont également classés par l’UNESCO.

Au Québec, Vacances TMR et Karibe Sol, se spécialisent dans les forfaits de découverte de Cuba et proposent des circuits guidés à travers le pays. Par l’intermédiaire des agences de voyages, on peut aussi leur faire préparer des itinéraires sur mesure.