/opinion/columnists
Navigation

L’attentat de trop

Coup d'oeil sur cet article

Oui, bien sûr, c’est ­tragique, révoltant, scandaleux...

Mais ça sera aussi, j’en suis sûr, la goutte qui fera déborder le vase, l’attentat de trop.

Plus possible, maintenant, de se fermer les yeux et de crier au racisme dès que quelqu’un, quelque part, affirme que l’islamisme radical représente le plus grand danger posé à la démocratie en ce début de siècle.

C’est un fait. C’est la réalité.

Un cancer ronge nos sociétés de l’intérieur.

L’ONU À GENOUX

Honte aux idiots utiles qui se couchent devant le fondamentalisme religieux, en se drapant dans la couverture rose bonbon de la rectitude politique...

Honte aux journaux qui, comme l’ont fait The Guardian et le New York Daily News, «brouillent» les couvertures de Charlie Hebdo pour ne pas ­offenser certains de leurs lecteurs.

Honte aux musulmans qui gardent le silence et refusent de dénoncer haut et fort les barbus qui disent parler en leur nom.

Honte aux racistes et aux organisations d’extrême droite qui vont instrumentaliser ce drame épouvantable pour amener de l’eau à leur moulin.

Honte à l’ONU qui, sous la pression de l’Organisation de coopération islamique (qui regroupe 57 États), songe à inscrire le blasphème parmi les crimes reconnus en droit international.

Vous avez bien lu...

Il n’y a pas que les terroristes qui veulent nous interdire de critiquer ou de ridiculiser la religion. Il y a aussi l’ONU!

Les bureaucrates pleutres de l’ONU, qui se mettent lâchement à genoux devant le lobby des prêtres de tous genres!

Honte à eux.

Honte aux démocrates qui s’excusent, qui mettent du vin de messe dans leur eau, qui font des compromis, qui courbent l’échine, qui serrent la main du diable et qui collaborent au lieu de résister!

Chaque fois que nous reculons, les tue-la-vie avancent.

Chaque fois que nous nous agenouillons, les ennemis de la liberté relèvent fièrement la tête.

LE DROIT D’EMMERDER

Ce n’est pas seulement Charlie Hebdo qu’on a frappé en plein cœur à Paris. Ce n’est pas seulement la liberté d’expression.

C’est tout ce qui fait que la vie mérite d’être vécue.

C’est l’humour, la déconnade, les grimaces, les fous rires, les amoureux qui se bécotent sur les bancs publics, les majeurs dressés bien droit et les langues bien pendues, les femmes qui jouissent librement, les gros mots, l’alcool, la danse, les gais, le sexe...

Et le droit de regarder les figures d’autorité en face, TOUTES LES FIGURES D’AUTORITÉ, même celles qui trônent sur des nuages imaginaires, en leur disant: «Je vous emmerde!»

Heureusement, ces amoureux de la liberté ne sont pas morts en vain.

En fermant leurs yeux pour toujours, ils ont ouvert les nôtres.

J’espère que nous serons de plus en plus nombreux à penser que la démocratie vaut la peine d’être défendue, que NOS valeurs méritent d’être protégées, vaillamment, bravement, courageusement, et pas seulement en tendant l’autre joue, histoire de montrer à la galerie que nous sommes les plus gentils, les plus doux et les plus tolérants...

LE DIABLE EN FACE

Je termine en laissant la parole à Philippe Val, ex-directeur de Charlie Hebdo: «On n’a pas assez parlé de la montée du fondamentalisme en France, on n’a pas suffisamment tiré la sonnette d’alarme...»