/news/world/haiti
Navigation

De nouvelles constructions aussi fragiles qu’avant

Coup d'oeil sur cet article

JACMEL - «Tous les grands projets sont réalisés par des firmes très compétentes qui respectent les normes.  Mais il y a encore des maisons qui sont construites à l’ancienne, c’est vrai, c’est la réalité...»

Le constat de l’ingénieur haïtien Jeune Pierre Ricot est troublant. Malheureusement, ceux qui s’improvisent maçons et ouvriers n’ont pas tous appris de leurs erreurs. Ils reconstruisent des habitations qui sont aussi fragiles que celles qui se sont écroulées comme des châteaux de cartes lors du tremblement de terre il y a cinq ans. 

«Avant, il y avait plusieurs bâtiments de très mauvaise qualité faits par des artisans, des maçons, sans prendre en compte les normes. Ce qu’on a essayé de faire, c’est de voir si on peut sortir un document qui peut les aider, au niveau de la maçonnerie par exemple; comment faire les joints, renforcer la maçonnerie.

Malgré l’entrée en vigueur d’un nouveau code du bâtiment, plusieurs ont passé outre et ont reconstruit selon leurs propres standards. 

«Dans la loi haïtienne, avant de construire, il faut aller à la mairie pour avoir une autorisation. Parfois, la mairie donne l’autorisation mais l’inspection ne se fait pas. C’est là le problème. Il n’y a pas vraiment de contrôle par la suite.» 

L’ingénieur qui travaille sur le chantier de l’hôpital de Jacmel est toutefois optimiste pour l’avenir. Il évoque un changement de mentalité. Les ouvriers Haïtiens sont de plus en plus sensibilisés au concept de santé et sécurité au travail. Sur le chantier de l’hôpital, ils arrivent au boulot, à chaque matin, avec leur casque et leurs bottes de protection. 

Mais surtout, ils «apprennent beaucoup» présentement sur les chantiers d’envergure. Ces acquis leur seront utiles pour le reste de leur vie. «Après, ils peuvent utiliser leurs connaissances pour reconstruire d’autres bâtiments alors ça va s’améliorer...»