/misc
Navigation

Des surprises venues de New York et Nashville

NHL/
photo d’archives, reuters John Tavares et les Islanders ont multiplié les raisons de célébrer cette saison. Reste à savoir ce qu’ils feront de ce bon début de campagne d’ici la fin de la saison.

Coup d'oeil sur cet article

Les Islanders arriveront triomphalement dans les terres new-yorkaises à l’automne 2015, à moins que la seconde tranche de la saison ne sabote l’excellente besogne accomplie depuis octobre.

Le cheminement de cette ancienne dynastie rappelle celui des Nordiques. Juste avant de partir pour le Colorado, ils se sont sortis du bourbier pour remporter la coupe Stanley, l’année suivante, à Denver.

Dès 2015-2016, les Islanders résideront dans un amphithéâtre, le Barclay Center de Brooklyn, qui ne causera pas de jalousie dans la confrérie. Ils quitteront un vieil édifice, le témoin de glorieuses conquêtes. Ils s’éloigneront de leurs milliers de fans qui, pour la majorité, résident à Long Island et dans le comté de Suffolk.

Les Islanders se révèlent l’histoire «Cendrillon» du circuit Bettman jusqu’à maintenant dans l’Est. On se moque moins du directeur général Garth Snow, mais quelques signatures et transactions au cours d’un été ne bâtissent pas une carrière.

De bonnes acquisitions

Néanmoins, il a joué les bonnes cartes avec les acquisitions des arrières Nick Leddy (de Chicago, en retour de quatre joueurs) et Johnny Boychuk (de Boston, en retour de deux choix de deuxième ronde et un de troisième). Le premier deviendra joueur autonome avec restriction et le second sans restriction. Négocier avec une équipe gagnante s’avère plus alléchant pour un athlète bénéficiant d’un certain pouvoir.

Snow, un ex-gardien, a réussi un excellent coup en persuadant Jaroslav Halak de signer avec son équipe après l’avoir obtenu pour un choix de quatrième ronde, en juin dernier, de Washington. Il prenait un risque, car Halak cherchait ses repères depuis son départ de Montréal. Il ne faut toutefois pas qu’une blessure le sorte du jeu pour une longue période.

En améliorant drastiquement son organisation, Snow a peut-être évité des problèmes avec le centre John Tavares, sous contrat jusqu’à la fin de 2017-2018. Celui-ci aurait pu réclamer une transaction afin de joindre une organisation gagnante. Il n’a pas été gâté depuis ses débuts dans la LNH.

Le succès des Islanders apparaît néanmoins fragile. Ils occupent le deuxième rang dans la section Métropolitaine, le quatrième dans l’Association de l’Est et le septième dans la LNH avec une offensive qui loge au dixième échelon et qui ne compte que deux marqueurs de dix buts et plus. La défensive revendique la 21e position.

L’affaire Rinne

Plusieurs doutaient des Predators de Nashville dans l’Association de l’Ouest. Les blessures et un lock-out leur ont fait oublier le gardien Pekka Rinne. Le Finlandais a joué 43 parties en 2012-2013 (22 dans la KHL) et 24 en 2013-2014. Rinne a repris son trône au royaume du country.

On le considère comme un candidat sérieux pour les trophées Hart et Vézina.

Le divorce entre l’organisation et l’entraîneur Barry Trotz a été profitable aux deux parties. Ça prenait de nouvelles idées, une autre façon de jouer, bref, un changement d’air majeur à Nashville.

Trotz a abouti à Washington où il continue d’abattre de la bonne besogne. Et ce n’est pas la première fois que l’entraîneur Peter Laviolette rebondit de belle façon après avoir perdu son emploi (Philadelphie).

Impossible d’ignorer également la contribution de la recrue Filip Forsberg. Il domine les pointeurs des Predators devant Mike Ribeiro; ce dernier a compris qu’une vie rangée prolongerait sa carrière.

Ici et là

Parmi les surprises agréables dans l’Est, Detroit, sous la direction de Mike Babcock, mène la vie dure à ses principales rivales. À Washington, Alex Ovechkin a-t-il finalement compris l’importance de jouer en équipe dans la LNH? Gerard Gallant derrière le banc, les Panthers patinent sur une pente ascendante. Voilà une franchise remplie de belles promesses à «relocaliser» à Québec.

Dans l’Ouest, le Colorado a piqué du nez d’une façon incroyable. L’Avalanche a été décimée par les blessures, notamment le gardien Semyon Varlamov. Calgary et le défenseur Mark Giordano, candidat au Norris, retiennent l’attention.

Le Canadien? Il se situe exactement là où je le voyais en septembre. Donc, pas une surprise.


Disons que...
 
Boston a surpris Los Angeles, San Francisco et Washington et représentera les États-Unis dans les mises en candidature pour les Jeux olympiques d’été de 2024... Pas facile pour le promoteur Yvon Michel de bâtir la carrière de jeunes boxeurs et de les voir partir comme vient de le faire David Lemieux. Le solide cogneur confie la sienne à l’agent Camille Estephan, de Eye of the Tiger Management...
 
Emporté par le cancer, Jean-Paul Parisé a connu une belle carrière dans la LNH. Plusieurs s’en souviendront pour la charge avec son bâton contre un arbitre dans la Série du siècle en 1972... Il n’y a que les Maple Leafs de Toronto qui ne savent pas qu’ils embaucheront l’entraîneur Mike Babcock après la saison... Les Blue Jackets de Columbus ont décollé du dernier rang grâce à une fiche de 10-2-1, 25 points à leurs 15 derniers matchs... Calgary figurerait encore mieux au classement si les Flames avaient amassé plus que 15 points contre les équipes de l’Est...
 
Facile de comprendre un joueur de hockey qui préfère la Californie, la Floride, l’Arizona à des villes comme Edmonton, Winnipeg, Montréal, Calgary, quand il fait si froid.