/opinion/blogs
Navigation

Après Charlie, la folie humaine à son meilleur

Climber Jorgeson looks up from Pitch 18 on the Dawn Wall of the El Capitan rock formation in Yosemite National Park
REUTERS

Coup d'oeil sur cet article

Alors que tout a été dit sur l’attentat au Charlie Hebdo, que la Belgique est secouée à son tour par la crainte du terrorisme et qu’on vit tous dans la peur de la prochaine attaque des fous de Dieux, voici une histoire qui nous montre le beau côté de la folie humaine. 

Celle de deux Américains, Keven Jorgeson, 30ans, et  de son mentor, Tommy Caldwell, 36 ans. Deux gars follement passionnés d’escalade qui viennent de réaliser le rêve d’une vie: dompter le mythique El Capitan. Un mur quasi vertical de près de 1000 mètres de haut (trois fois la hauteur de l’Empire State Building), situé dans le parc Yosemite en Californie. Un exploit qu’ils ont mis six ans à préparer.

Jorgeson et Caldwell ont entrepris leur ascension le 27 décembre. Leur audace? Grimper l’El Capitan en escalade libre, c’est à dire sans aucune aide artificielle.  Une première mondiale qui fut d’ailleurs suivie de près par la télé américaine.

C’est ainsi qu’on a pu les voir se hisser à une des plus difficiles voies d’escalade au monde avec pour seuls outils que leurs mains, leurs pieds et leurs cordes pour s’assurer. 

Mètre par mètre, pendant 19 jours, Kevin et Tommy se sont agrippés, cramponnés, accrochés à la sinueuse et très coupante paroi de granite. À la chaleur, au froid, au soleil... les doigts et les orteils en sang, ils ont dégringolé, se sont encouragés, se sont recramponnés,  ont recommencé....

 La nuit, les deux complices dormaient dans une tente ballotant au vent suspendue dans le vide le long du mur archi abrupt. Époustouflant, vertigineux, complètement dément...

Jorgeson et Caldwell ont donc atteint le sommet de l’El Capitan ce mercredi.

« C’est une histoire de partenariat, un travail d’équipe » a déclaré tout bonnement Keven aux journalistes. «Il suffit de rêver grand, d’y croire, de persévérer » À ses côtés, Tommy acquiesçait de la tête, ayant perdu la voix en cours d’ascension.... 
« Vous nous rappelez que tout est possible »  a  écrit le président Obama dans un tweet visant à les féliciter.

En effet, une belle histoire d’audace et de persévérance que celle de Keven Jorgeson et de Tommy Caldwell. Un exploit qui nous révèle le côté noble de la nature et de la folie humaine. En ce sens, il  représente aussi un beau pied de nez aux terroristes par les temps qui courent...