/news/currentevents
Navigation

Les cas d’invasions de souris se multiplient

Les exterminateurs ne chôment pas par les temps qui courent

Les souris peuvent transformer une vie en cauchemar si elles élisent domicile chez vous. Le contact avec les excréments et l’urine des souris peut causer une infection à l’hantavirus qui, dans de rares cas, peut s’avérer mortelle.
Les souris peuvent transformer une vie en cauchemar si elles élisent domicile chez vous. Le contact avec les excréments et l’urine des souris peut causer une infection à l’hantavirus qui, dans de rares cas, peut s’avérer mortelle.

Coup d'oeil sur cet article

Les froids intenses des derniers jours ont entraîné une recrudescence des invasions de souris dans les résidences de la région, et avec ces petits visiteurs indésirables, les exterminateurs ne chôment pas.

«Le nombre d’appels est plus intense à cause du froid», souligne Daniel Lamontagne, directeur régional chez Abat extermination.

Près d’une vingtaine de personnes par jour signalent la présence de souris dans leur résidence et doivent faire appel à la compagnie d’extermination.

Les prochains jours seront plus doux, mais cela ne veut pas dire qu’il faut moins faire attention. «Elles vont sortir pour manger, mais leur nid reste dans la maison», affirme M. Lamontagne. Dès la prochaine période de froid, elles seront rapidement de retour si des mesures ne sont pas prises par les propriétaires qui ont ce problème.

Les souris réussissent à se créer des passages dans la mousse isolante des toitures de maison.
Photo courtoisie
Les souris réussissent à se créer des passages dans la mousse isolante des toitures de maison.

«Il faut faire de la prévention physique et boucher les points d’entrée», souligne le spécialiste. Les trappes peuvent être efficaces un moment, mais les survivants comprennent vite le danger et ne s’y aventurent plus. Le poison reste aussi une solution à envisager.

Prolifération rapide

Si vous découvrez une de ces petites bêtes à l’intérieur de votre résidence, il est fort probable que toute sa petite famille s’y trouve aussi. C’est qu’un couple de souris peut générer jusqu’à 12 souriceaux tous les 21 jours.

Le danger avec cette présence est le risque de contact avec les excréments et l’urine. Ceux-ci peuvent causer une infection à l’hantavirus qui, dans de rares cas, peut s’avérer mortelle.

«On ne le prend pas aussi au sérieux [le problème d’invasion] qu’on le devrait», avance M. Lamontagne. Un véritable ménage doit être fait, lors d’une infestation de souris. «La nourriture ouverte, il faut la jeter. Le reste, comme les conserves, il faut le nettoyer.»

Vice caché

Par ailleurs, des infestations de souris peuvent hanter des propriétaires même s’ils n’habitent plus la résidence envahie.

«C’est considéré comme un vice caché», annonce M. Lamontagne. En effet, les petits rongeurs pourraient avoir rongé des fils, et, à long terme, causer des bris électriques ou entraîner des incendies.

– Avec la collaboration de Sébastien Dubois, TVA Nouvelles