/misc
Navigation

Philippe Boucher doit exploser

Coup d'oeil sur cet article

Les Remparts de Québec naviguent en eau trouble et ils pourraient foncer vers le cœur d’une tempête tropicale si un coup de barre n’est pas donné.

L’entraîneur paie toujours le prix en premier quand les vagues bousculent le bateau et que l’eau s’infiltre.

Ce n’est pas la position au classement général qui mettrait son poste en péril, mais une séquence comme celle qu’ils vivent présentement, six défaites dans les sept dernières rencontres, qui s’étirerait trop longtemps ou qui se répéterait.

Compte tenu du talent dans une équipe identifiée comme la meilleure de la LHJMQ depuis la période des échanges, les Remparts ne peuvent également se satisfaire d’une fiche inférieure à 0,500 à l’étranger.

Un vestiaire divisé

Au classement général, les Diables rouges viennent au 5e rang à six points du premier occupé par Rimouski et Moncton. Dans un circuit où les écarts s’amincissent continuellement, la récolte des locaux n’est aussi que de cinq points supérieure à celle de Charlottetown au neuvième rang.

Ça ne prend pas une longue séquence pour grimper d’un coup sec ou piquer du nez. Des blessures sérieuses à des joueurs importants et l’équipe s’enfonce dans un bourbier. Boucher ne l’ignore pas.

Boucher doit s’estimer dans une position inconfortable, car les adolescents irresponsables qu’ils dirigent se contentent de peu en cette année de Coupe Memorial à Québec. Ils sont assurés de participer au tournoi à titre d’équipe hôtesse.

Il leur appartient de se prendre en main et d’arrêter de chercher une excuse leur convenant. Habituellement, celle de la chimie sert bien la cause. Des joueurs expérimentés et talentueux comme Anthony Duclair, Kurt Etchegary, Adam Erne, Marc-Olivier Roy, Matt Murphy, Dmytro Timashov et quelques autres n’ont pas besoin de beaucoup de temps pour s’ajuster lorsqu’ils changent de domicile en cours de saison.

Des commentaires indiquent aussi que le vestiaire ne baigne pas dans l’huile. Il y a les amis des amis et les autres... «Il y a des clubs où les gars ne s’aiment pas et qui gagnent des matches de hockey pareil», a lâché Boucher après la défaite contre Moncton, au Colisée.

Marc-Olivier Roy en a remis dans les échos de vestiaire que l’on peut entendre sur le site web des Remparts. «La chimie est correcte dans le vestiaire, mais elle pourrait être mieux. Il va falloir se parler [...] Nous devrons démontrer que nous ne sommes pas une équipe qui se fie juste à son talent. Chacun se regardera dans le miroir», a notamment mentionné l’attaquant.

Un intervenant prétend qu’une bagarre a même éclaté dans le vestiaire, une information que je capte un pied sur le frein toutefois.

Nommer un capitaine

Boucher est rendu au point où il doit nommer un capitaine avec de la poigne, du mordant, un vétéran capable de parler à ses coéquipiers dans le blanc des yeux et, surtout, de rassembler tout son monde.

Boucher, un gars qui n’a jamais fait beaucoup de bruit, devra également hausser le ton et serrer la vis comme il a su le faire après la défaite contre Charlottetown.

Les «stars» des Remparts prendront note du parcours réussi de Boucher dans la LNH alors que la majorité d’entre eux n’y patineront jamais. Gagner la Coupe Memorial constituerait leur plus belle réussite dans le hockey.

Un dernier facteur reste inconnu pour tous les membres de l’organisation. Comment se comporteront les nouveaux propriétaires, les hommes de hockey de Québecor, si les résultats tardent à venir dans les prochaines parties? L’entreprise tient-elle à ce que son équipe fonce comme un bulldozer vers le championnat national?

Inaugurer le nouvel amphithéâtre, à l’automne 2015, en tant que champion junior du Canada, procurerait assurément une grande satisfaction.