/news/politics
Navigation

Un conseiller politique candidat caquiste dans Richelieu

Jean-Bernard Émond sera le candidat caquiste dans Richelieu.
Photo Charles Lecavalier Jean-Bernard Émond sera le candidat caquiste dans Richelieu.

Coup d'oeil sur cet article

SOREL-TRACY – Le conseiller politique de la députée caquiste Nathalie Roy sera candidat pour la Coalition avenir Québec dans la circonscription de Richelieu.

«Jean-Bernard Émond milite depuis le début de la Coalition, quand on a fondé le parti il y a trois ans. On a, je pense, la personne qui est souhaitée dans le compté de Richelieu», a lancé le chef caquiste François Legault ce midi devant une vingtaine de députés et de membres du parti dans une auberge de Sorel-Tracy.

Les citoyens de la circonscription sont orphelins depuis la démission-surprise de la péquiste Élaine Zakaïb. Mme Zakaïb s’était porté à la rescousse de la maison de mode Jacob, qui a déclaré faillite en octobre.

«Je suis né ici et j’y ai toujours habité. C’est naturel pour moi de m’engager pour améliorer le sort de mes concitoyens», a affirmé le candidat Jean-Bernard Émond. M. Émond est titulaire d’un certificat en pédagogie et qui a «œuvré durant cinq ans comme enseignant en formation professionnelle.»

François Legault, qui va tenter de faire élire un député dans une circonscription considérée comme un château fort péquiste, insiste sur les positions nationalistes de son parti. «On a besoin d'un parti nationaliste qui ne rêve pas de référendum», a-t-il affirmé en s’adressant aux électeurs «nationalistes» de Sorel-Tracy.

Son candidat a d’ailleurs refusé de dire pour quel camp il avait voté lors du référendum de 1995, affirmant que le Québec est passé à autre chose aujourd’hui.

M. Legault s’est aventuré sur le terrain des «valeurs québécoises.» Il a vertement critiqué la décision de Philippe Couillard, qui a reporté à plus tard le dépôt de son projet de loi sur la laïcité à cause des attentats de Paris. «C’est inacceptable», a-t-il lancé. «Pourquoi Philippe Couillard est-il aussi insensible à un sujet qui touche autant les valeurs québécoises», s’est-il questionné.

«Les immigrants doivent adhérer aux valeurs québécoises, dont la laïcité», a-t-il ajouté. Il demande au gouvernement Couillard de rapatrier l’ensemble des pouvoirs de sélection des immigrants vers Québec. «Pour l’instant, on ne choisit que 80 % des immigrants. Il faut mieux répondre aux besoins du marché du travail», a expliqué M. Legault.​