/opinion/blogs
Navigation

Guy Lafleur traité comme un criminel?

Guy Lafleur
photo agence qmi, martin alarie

Coup d'oeil sur cet article

Le procès au civil intenté par Guy Lafleur contre le Procureur général du Québec et le Service de police de la Ville de Montréal se poursuit pour une deuxième semaine au Palais de justice de Montréal. L’ex-joueur de hockey soutient avoir été traité en criminel par la justice québécoise.

Si vous suivez le procès, vous connaissez les faits...
En 2008, Guy Lafleur est arrêté par les policiers du SPVM à la suite de supposés témoignages contradictoires qu’il aurait livrés à la faveur de son fils Mark, un jeune homme troublé, « rejet » de la société, qui souffre du syndrome de Gilles de la Tourette et qui,  à l’époque, était sous le coup de procédures criminelles (Guy Lafleur a été acquitté de toutes accusations relativement aux présumés témoignages contradictoires  au bénéfice de son fils en 2010).
Fouille au poste de police, les enquêteurs lui  laissent croire que le FBI l’a  « à l’œil » pour une histoire sans fondement de relations louches... Comme Guy Lafleur est une personnalité publique, le mandat d’arrêt émis contre lui embrase les médias et le web. Un journal titre même « Guy Lafleur recherché » comme s’il tentait de fuir la justice...
Humiliation, stress, atteinte à sa réputation, perte de contrats et de commandites, dépression de sa femme, souffrance pour toute la famille ... Tout ça parce qu’un père  à tout bonnement, tout naturellement, voulu ménager son fils, un être déjà très vulnérable?...
Guy Lafleur est un héros national. Joueur de hockey au talent exceptionnel, le « Démon blond » a contribué pendant près de 15 ans aux succès de notre Sainte Flanelle. Il représente à lui seul un pan de mur de l’histoire du Canadien. Son style est reconnu à l’échelle internationale. Il est encore aujourd’hui adulé des amateurs de hockey.
Et tous ceux qui le connaissent vous le diront : c’est l’archétype du bon gars, généreux, engagé dans toutes sortes  de causes. Un gentleman  à la Jean Béliveau. Bref, un homme qui fait honneur au Québec.
Évidemment, le statut de personnalité publique ou de vedette ne donne pas droit aux traitements de faveur devant les tribunaux. Je crois tout de même que la justice québécoise aurait dû traiter Guy Lafleur avec plus de discernement à un  moment où lui et sa famille traversaient une épreuve difficile.
Bref, à mon avis, Guy Lafleur ne méritait pas d’être traité en criminel et sa poursuite au civil de 2, 16 millions de dollars contre le Procureur général du Québec et le SPVM m’apparait entièrement justifiée.