/misc
Navigation

Les petits miracles de Jeunesse au Soleil

Trenton Dias Maxwell et sa mère Stacey
Photo courtoisie Trenton Dias Maxwell et sa mère Stacey

Coup d'oeil sur cet article

Depuis 60 ans, Jeunesse au Soleil permet aux jeunes de quartiers défavorisés montréalais de jouer au basketball à moindre coût tout en favorisant leur réussite scolaire.

Dimanche dernier, dans le très petit gymnase de l’organisation Jeunesse au Soleil de la rue St-Urbain à Montréal, quatre des six équipes des Hornets étaient à l’œuvre contre les représentants des Cougars de St-Bruno.

Ce n’est jamais facile d’affronter les Hornets. Ils représentent toujours un défi de taille pour leurs adversaires. Chaque année, les entraîneurs de Jeunesse au Soleil mettent sur pied des équipes de basket ultra compétitives.

«Si nos équipes gagnent des championnats, c’est agréable, mais notre véritable réussite, c’est lorsque nos jeunes entrent à l’université», de confier Earl De La Perrrale, cofondateur et directeur général de Jeunesse au Soleil.

D’ailleurs, tous les jours de semaine, avant chaque pratique, les jeunes athlètes peuvent venir faire leurs devoirs à Jeunesse au Soleil. Une salle de classe leur est réservée et un professeur retraité est disponible pour répondre à leurs questions. Une généreuse collation leur est également servie.

Un garçon transformé

Trenton Dias Maxwell vient tout juste d’avoir 14 ans et il mesure déjà 6 pi 2 po et demi. Mais au-delà de sa grande taille, c’est son talent qui impressionne.

Lorsqu’il a effectué un «dunk» spectaculaire en début de match de la catégorie benjamine 3A, la foule partisane s’est levée d’un trait pour l’applaudir à tout rompre. Ses coéquipiers et ses entraîneurs ont également fait connaître bruyamment leur admiration.

On est loin du garçon du primaire renfermé sur lui-même qui était victime d’intimidation parce qu’il était beaucoup plus grand que ses camarades de classe.

«Avant, je me faisais intimider à l’école. Je n’avais pas confiance en moi. Je ne me sentais pas à l’aise dans mon corps», a confié Trenton.

Une deuxième famille

Tout ça a changé quand sa mère, Stacey Dias, a entendu parler du programme de basket de Jeunesse au Soleil, il y a trois ans.

Vivant à Verdun, elle accompagne maintenant son aîné et son frère de six ans, Cordell, tous les mardis, samedis et dimanches pour les pratiques et les matchs.

«Jeunesse au Soleil, c’est comme une deuxième maison, une deuxième famille pour mes fils. Ils aiment tellement jouer au basket. Ils veulent toujours être au gym», explique-t-elle.

Élevant seule ses deux fils, Madame Dias voit d’un bon œil que ses garçons puissent côtoyer des modèles masculins positifs.

«J’ai peur que mes garçons soient attirés par les gangs de rue. À Jeunesse au Soleil, ils sont bien encadrés, ils sont actifs et sont entourés de coachs qui ont de bonnes valeurs. En plus de leur apprendre à jouer au basket, ils se préoccupent d’eux, leur donnent des conseils, s’assurent qu’ils réussissent bien à l’école. Ça leur donne un bon exemple à suivre. Mes garçons ont tellement plus confiance en eux depuis qu’ils vont à Jeunesse au Soleil», assure-t-elle.

«Quand on vient à nos pratiques, il y a toujours des joueurs plus vieux qui sont là. Ils nous aident. Souvent, ils dirigent les entraînements des plus jeunes. On peut leur parler comme à un père ou un grand frère. Je suis même l’entraîneur adjoint de l’équipe de mon petit frère. C’est cool de pouvoir enseigner ce que j’ai appris», dit Trenton avec avec beaucoup de fierté.


La NBA en rafales

La confrontation de la semaine

Les Hawks d’Atlanta sont pratiquement invincibles cette saison. À la suite de leur victoire contre les Pistons de Detroit lundi soir, ils ont remporté 27 de leurs 30 dernières parties, dont 13 victoires de suite.  


(+) Kyle Korver

Le garde de 6 pi 7 po des Hawks d’Atlanta connaît une saison spectaculaire avec des pourcentages de réussite hors du commun : 51,5 % du terrain, 53,6 % des 3 points et 92,2 % aux lancers francs. 
 
(-) Andre Roberson 

Pour sa part, le garde du Thunder d’Oklahoma City en arrache offensivement. Lundi soir, un de ses lancers francs n’a même pas touché l’anneau. Oups, gênant pour l’athlète de 23 ans!


Quelques statistiques

Équipes les plus victorieuses

(1)  Hawks d’Atlanta (34)

(2) Warriors de Golden State (33)

(3) Trail Blazers de Portland (31)

( 4) Grizzlies de Memphis (29)

(5) Rockets de Houston (29)

Équipes avec le plus de défaites

(1) Knicks de New York (36)

(2) 76ers de Philadelphie (33)

(3) T’Wolves du Minnesota (33)

( 4) Lakers de Los Angeles (30)

(5) Magic d’Orlando (29)