/opinion/columnists
Navigation

L’immigration à l’européenne : une catastrophe

Coup d'oeil sur cet article

L’Américain Christopher Caldwell, spécialisé dans les questions d’immigration, a publié un gros livre dont le titre français est: Une révolution sous nos yeux: Comment l’Islam va transformer la France et l’Europe. La lecture de cette étude remarquablement bien documentée donne froid dans le dos.

La démographe française, Michèle Tribalat, annonce, en préface, tout de suite la couleur: «Sans tourner autour du pot, Christophe Caldwell se demande si l’Europe pourra demeurer elle-même après la grande révolution démographique qu’elle connaît depuis quelques décennies, causée par une immigration étrangère porteuse d’islam dans une Europe vieillissante et sur le déclin. Il n’entretient pas le suspense et répond d’emblée par la négative.»

Certains leaders musulmans ont d’ailleurs claironné avec arrogance que l’islam terrasserait l’Occident avec, comme arme principale, «le ventre de nos femmes». Ce n’est pas là de la vantardise.

Échec de l’intégration

Mais ce que Caldwell met en relief, c’est le fait indéniable qu’en Europe «l’intégration des immigrés s’apparente globalement à un échec».

«Une culture religieuse forte et un système contractuel basé sur la tolérance sont difficiles à concilier parce que dans une telle rencontre, c’est toujours le côté qui ne veut pas négocier qui a l’avantage. Une religion qui ne doute pas de soi et qui prétend structurer toute l’organisation sociale, comme l’islam, n’est pas prête à transiger.»

Caldwell évoque la grande vague migratoire des latinos aux États-Unis. Il ne nie pas les problèmes d’intégration qui en résultent, mais il affirme que «leurs références et leurs façons de vivre» font qu’ils finissent par devenir des Américains. Parce que ce sont des Occidentaux.

Avec l’Islam, c’est autre chose. La résistance à l’intégration est puissante. Avec comme résultats la multiplication dans toute l’Europe de zones interdites aux non-musulmans. La France, par exemple, utilise un euphémisme pour les désigner: zones de non-droit. En fait, ce sont des ghettos gouvernés par la charia. Seulement en France, il y en a 751! À éviter pour les touristes.

Il y a pour nous des leçons à tirer de ce «choc des civilisations» dont la facette la plus effrayante est sans doute cette explosion d’actes terroristes en Occident.

La politique de l’immigration

Et la plus importante consiste à mettre en branle une révision en profondeur de toute la politique de l’immigration. Non seulement il faut revoir les seuils qui sont relativement trop élevés au Québec, mais il faut aussi réfléchir sur les critères d’admission.

Parler français, c’est évidemment souhaitable, mais ce l’est moins quand ces francophones sont islamistes.

Et, à l’instar des États-Unis, pourquoi ne pas accroître l’accueil de Latinos, d’Haïtiens et, comme le suggérait l’ex-député du Bloc, Richard Marceau, de Juifs français?

Comme ils adhèrent sans réticence aux valeurs qui constituent les fondements de la civilisation occidentale, il est assuré qu’à moyen terme, ils vont s’intégrer à la société d’accueil.

Pour nous, Québécois, il est encore temps d’éviter de sombrer dans l’horreur d’une guerre civile larvée qui gangrène présentement l’Europe. Et commençons donc par cesser de traiter de racistes et d’islamophobes ceux qui osent se questionner sur l’immigration et les défaillances de l’intégration.