/news/world
Navigation

Facebook n’est plus Charlie

File photo of Facebook CEO Mark Zuckerberg speaking during a news conference at the Facebook headquarters in Palo Alto
Photo: REUTERS Mark Zuckerberg de Facebook.

Coup d'oeil sur cet article

Le réseau social bloque des images du prophète Mahomet

Le 9 janvier dernier, Mark Zuckerberg y allait d’un pavé sur sa page Facebook où il déclarait que son réseau social n’allait pas céder aux groupes extrémistes. Il terminait même la salve en signant #jesuischarlie.

Deux semaines plus tard, la BBC annonce que Facebook censure désormais la publication d’images du prophète Mahommet en Turquie. La demande provenait d’un ordre de la cour. Si Facebook refusait, la cour menaçait de bloquer l’accès du site en Turquie; pays où le réseau social compterait autour de 40 000 d’utilisateurs.

Bien que Facebook est une entreprise qui doit s’adapter aux réglementations des différents pays dans laquelle elle est active, plusieurs observateurs - dont Caitlin Dewey du Washington Post - dénoncent le consentement du réseau social, deux semaines après le commentaire remarqué de son idéateur en marge des attentats au Charlie Hebdo.