/misc
Navigation

L’Imam Chaoui et les musulmans du Québec

L’Imam Chaoui et les musulmans du Québec
CAPTURE D'ÉCRAN TVA NOUVELLES

Coup d'oeil sur cet article

Ainsi, la ville de Montréal  vient de trancher: hors de question que l’imam Hamza Chaoui implante son controversé centre communautaire islamique destiné aux jeunes à Anjou. Le maire Denis Coderre invoque des impératifs de sécurité publique.


J’imagine la majorité d’entre vous soulagés... Reste que certains (une minorité, sans doute) auraient préféré que le centre en question puisse avoir pignon sur rue à Anjou. Histoire que l’imam Chaoui « sévisse » à ciel  ouvert, que les autorités entendent ses prêches et puissent l’avoir à l’œil en tout temps...


La semaine dernière fut celle d’un certain malaise du côté de Québec relativement à l’affaire du centre Chaoui. La ministre de la Sécurité publique Lise Thériault (également députée d’Anjou-Louis-Riel où l’imam souhaitait ouvrir son lieu de rassemblement) a déploré l’absence de pouvoir de son gouvernement dans ce dossier épineux.


Sa collègue de l’Immigration, Kathleen Weil, qui a jugé les propos de l’imam Chaoui « dangereux », a remis sa confiance en la Ville de Montréal pour bloquer le projet. C’est maintenant chose faite. Affaire réglée.


Les homosexuels, les femmes adultères...


Pour revenir au fond du problème, donc, l’imam  Hamza Chaoui considère l’Islam comme « complètement incompatible » avec les valeurs démocratiques parce que des homosexuels ou des athées pourraient se faire élire au Parlement. Il est favorable à ce qu’on ampute les mains des voleurs, qu’on lapide les femmes adultères, qu’on interdise d’écouter toute musique...


Évidemment, c’est gros, c’est fou, c’est barbare... Mais surtout, surtout, faut-il le rappeler, ce n’est pas compatible avec l’Islam moderne. La ministre Lise Thériault nous apprenait d’ailleurs vendredi, un peu par la bande, que les propos de l’imam Chaoui lui ont valu de se faire montrer la porte de la communauté musulmane d’Anjou.


Ce que je retiens de positif, moi, de toute cette controverse?


Que des musulmans de chez nous ont profité de l’occasion pour se dissocier de positions extrêmes et radicales. Ils auraient tellement intérêt à le faire davantage... Et tellement intérêt aussi à sortir eux-mêmes sur la place publique pour se faire entendre.


Parce qu’au-delà des craintes légitimes qu’éveille chez nous la montée de l’Islam fondamentaliste, le temps du dialogue est venu avec la communauté musulmane du Québec. Une communauté qui, dans son ensemble, faut-il le rappeler encore, partage des valeurs loin d’être incompatibles avec celles des autres Québécois.