/misc
Navigation

Musulmans du Québec, parlez-nous!

Lise Thériault
SIMON CLARK/JOURNAL DE QUEBEC/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Ainsi, les Musulmans d’Anjou n’auraient pas montré la porte à l’Imam Hamza Chaoui pour ses positions controversées sur l’Islam, comme l’affirmait pourtant vendredi la ministre de la Sécurité publique et députée d’Anjou-Louis-Riel, Lise Thériault. Le principal intéressé a nié catégoriquement cette information dans une entrevue accordée par clavardage à La Presse.


« Chaque parole doit être prouvée » soutient l’Imam Chaoui. « Jamais de ma vie et de mon parcours dans la prédication je n’ai été chassé d’un endroit ».


Vrai ou faux? L’imam Chaoui joue-t-il sur les mots? Qu’en est-il au juste?...


La communauté musulmane d’Anjou pourrait nous donner sa version des faits. Elle qui a brillé par son absence et son silence, la semaine dernière, lors de l’intense polémique sur l’implantation du centre communautaire islamique de l’imam controversé dans son secteur.


Hamza Chaoui mis au ban, vrai ou faux? Son Islam, incompatible avec la démocratie, oui ou non? Et l’amputation des mains pour les voleurs? Et la lapidation des personnes adultères?... Pourquoi ne pas se dissocier, mettre les pendules à l’heure publiquement?


Cela soulève du coup des questions relativement aux leaders de la communauté musulmane au Québec. L’Association des Musulmans du Québec, l’Association des Jeunes Musulman(e)s de Montréal, le Centre Culturel Islamique de Québec... Qui sont-ils? Où sont-ils? Pourquoi ne les voit-on pratiquement jamais nulle part?... Non-intérêt des médias? À moins que le débat sur la charte de la laïcité, l’an dernier, les ait incités à se terrer davantage...


99,9 pour cent des Musulmans


Ce dimanche, en entrevue à CNN avec le spécialiste du Moyen-Orient de renommée internationale Fareed Zakaria, le Président Obama  rappelait à juste titre que 99,9 pour cent des Musulmans à travers le monde embrassent des valeurs de paix, d’ordre et de prospérité. Évidemment, rien ne permet de croire que les Musulmans du Québec échappent à cet indice proportionnel...


Alors, pourquoi ne pas sortir de l’ombre et du mutisme? Parler aux journalistes, s’adresser directement à la population, occuper l’espace public, démarrer la conversation. Certains diront que c’est  à nos décideurs de faire les premiers pas...


Peu importe, on est mûr pour le dialogue. L’ensemble des Québécois veut vous entendre. De grâce, Musulmans du Québec, parlez-nous!