/sports/football
Navigation

Chevrier ne sera pas le prochain entraîneur-chef des Redmen de McGill

CS_20130609MD003
Mike Drew/Calgary Sun/QMI Agency Ancien joueur étoile des Redmen de McGill, Randy Chevrier a remporté la Coupe Grey avec les Stampeders de Calgary en novembre dernier.

Coup d'oeil sur cet article

Randy Chevrier ne sera pas le prochain entraîneur-chef des Redmen de McGill.

Les Redmen ne lui ont pas offert le poste, mais le spécialiste des longues remises des Stampeders de Calgary a été approché par la direction des sports de son alma mater. «Je suis content qu’ils aient voulu me parler parce que je suis très fier d’avoir joué au football et étudié à McGill, mais je suis encore sous contrat avec les Stampeders et je veux poursuivre ma carrière, a confié Chevrier. Mes trois enfants sont encore jeunes et ils ont besoin d’un papa qui est souvent à la maison.»

S’il confirme son intérêt à travailler comme entraîneur dans l’avenir et n’écarte pas un retour à Montréal, Chevrier estime qu’il n’est pas encore prêt à diriger un programme universitaire. «Je ne veux pas qu’on me choisisse uniquement en raison de mon nom, a souligné l’ancien porte-couleurs des Bengals de Cincinnati et des Cowboys de Dallas qui a été repêché par les Jaguars de Jacksonville en 2001. J’apprends vite et je suis motivé, mais je suis aussi capable de m’évaluer. J’ai besoin de prendre plus d’expérience comme entraîneur. Le recrutement, la logistique et le budget sont des aspects importants dans le travail d’un entraîneur-chef et je n’aurais pas voulu nuire au programme et rendre un mauvais service aux joueurs.»

Très impliqué dans la communauté à Calgary où il prononce des conférences sur la violence domestique et l’intimidation, Chevrier s’est aussi initié au boulot d’entraîneur. Il dirige son fils et il a aussi travaillé à l’école secondaire Saint Francis qui mise sur l’un des meilleurs programmes de football en Alberta. Steven Lumbala, des Alouettes de Montréal, y a fait ses classes.

Même s’il est basé dans l’Ouest depuis plus de 10 ans, Chevrier a une très bonne idée de ce qui se passe à McGill. «Avec les scandales qui ont frappé le programme de football au cours des dernières années, ils ont besoin de rebâtir la réputation auprès des parents pour remettre McGill sur la mappe. On doit faire comprendre aux jeunes et à leurs parents l’expérience McGill. Les Redmen peuvent recruter partout au pays et le prochain entraîneur-chef doit établir de bonnes relations avec tous les anciens qui travaillent dans le milieu de l’éducation au Canada.»

Qui sera le prochain entraîneur-chef des Redmen? Chevrier dit n’en avoir aucune idée, mais il a connu Ronald Hilaire au camp des Stampeders en 2008. Coordonnateur défensif à McGill, Hilaire est dans la course à la succession de Clint Uttley.