/news/provincial
Navigation

Un rapport recommande l'arrivée d'une «piquerie légale» pour Québec

Un rapport recommande l'arrivée d'une «piquerie légale» pour Québec
Rob Kruyt, 24 Hours Vancouver

Coup d'oeil sur cet article

Après des années de débat, un groupe d’experts recommande la mise en place de services d’injection supervisée pour la ville de Québec.

Voilà la grande conclusion du rapport de 73 pages rendu public mardi sur le site Internet du Centre de santé et de services sociaux de la Vieille-Capitale. Terminé en décembre dernier, le document avait pour mission de dresser le portrait de la consommation de drogue par injection à Québec et de se prononcer sur la pertinence d’offrir des services de «piquerie légale». 
 
Selon ce rapport, il est nécessaire de doter Québec d’un tel centre notamment pour rejoindre les usagers de drogues par injection qui ne le sont pas par les services actuels, diminuer la mortalité associée à la prise de drogue par injection, réduire les risques de santé publique reliés aux pratiques d’injection et minimiser les impacts associés à l’injection de drogue sur l’ordre public. Les experts qualifient d’ailleurs le phénomène de «réel et préoccupant» dans la capitale.
 
Seconde étape
 
L’étude devra recevoir l’approbation de l’Agence de la Santé et du ministère de la Santé. La question de la nécessité étant tranchée, l’équipe pourra ensuite passer à la seconde étape et définir les paramètres et les conditions qui définiront une implantation future des SIS. Le rapport ne fait pas mention des lieux à privilégier, quoique depuis le début de l’exercice, le quartier St-Roch est envisagé, question d’être près de la clientèle. 
 
«Il va falloir interpeller les citoyens, les entendre sur des situations particulières, se questionner sur quel endroit ça pourrait s’installer, etc.», avait précédemment confié au Journal Marc De Koninck, qui a coordonné l’étude.
 
Point de repères
 
Rappelons que le directeur général de l’organisme Point de repères avait été le premier à évoquer l’idée controversée d’une «piquerie» autorisée et supervisée par du personnel médical. Les conseils de quartier de Saint-Roch, du Vieux-Limoilou et de Saint-Sauveur avaient organisé un forum public sur le sujet en mai 2011 où près d’une quinzaine de mémoires avaient été soumis.
 
Divers partenaires du projet – la direction de la Santé publique, le Service de police de la Ville de Québec, la Ville de Québec et des organismes communautaires – avaient ensuite convenu de dresser un portrait de la situation actuelle, afin d’obtenir des données concrètes pour juger de la pertinence d’un ou de plusieurs SIS dans la capitale.
 
 
 
Quelques données
 
-       L’étude a été réalisée auprès de 899 personnes utilisatrices de drogue par injection à Québec.
-       71,5 % sont des hommes.
-       L’âge moyen des hommes est de 34 ans, celui des femmes est de 30 ans.
-       45% des individus sondés n’ont pas terminé leurs études secondaires
-       La drogue la plus injectée est la cocaïne
-       Un consommateur de cocaïne peut s’injecter de la drogue jusqu’à 30 fois par jour
-       Un consommateur d’héroïne peut s’injecter deux ou trois fois par jour
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.