/travel
Navigation

Distillerie J.M, l’arôme des rhums

 La distillerie J.M., située à Macouba, dans le nord de la Martinique.
Photo courtoisie, Paul Simier La distillerie J.M., située à Macouba, dans le nord de la Martinique.

Coup d'oeil sur cet article

MACOUBA (Martinique) | Dans le local attenant à la boutique de la distillerie, contre le mur, bénéficiant d’un éclairage discret, sept grosses fioles sont suspendues par le col. Elles contiennent les différents rhums que produit la distillerie J.M. Il suffit d’en saisir le bouchon de verre pour que chacun de ces rhums exhale ses arômes.

Cet atelier olfactif, accessible librement aux visiteurs, permet à chacun d’exercer son nez et de qualifier les arômes qu’il détecte dans chaque rhum.

Une fiche se rapportant à chaque rhum – blanc élevé 6 mois en cuve en inox, doré élevé 12 mois en fûts de chêne, brun vieilli 3 ans, 4 ans, 6 ans, 10 ans ou 15 ans en fûts de chêne - résume les notes d’appréciation olfactive rédigées par des experts.

L’exercice commence du côté opposé aux fioles, où, dans une série de petits cubicules, sur simple commande manuelle, on peut déclencher, ici des senteurs de canne à sucre, là de fût de chêne, là encore de fleur blanche ou là-bas de tabac.

La qualité de ses rhums a, pour moi, toujours justifié que je fasse un détour par l’extrême nord de l’île où niche la distillerie J.M, en contrebas de la montagne Pelée. L’atelier de découverte olfactive de sa gamme de produits constitue à présent une motivation de plus, car il s’agit d’une initiative unique dans toute la Martinique.

L’atelier de découverte olfactive des rhums J.M.
Photo courtoisie, Paul Simier
L’atelier de découverte olfactive des rhums J.M.

UN EXCEPTIONNEL RHUM VIEUX

La distillerie J.M. a depuis longtemps acquis sa notoriété du fait de la qualité de ses rhums, et notamment de ses exceptionnels rhums vieux. Rachetée il y a une douzaine d’années, l’affaire a connu plus récemment un changement de gérance qui s’est traduit par une amélioration de l’accueil et de l’information dispensée aux visiteurs.

La visite débute dans un jardin de canne à sucre où sont présentées les trois variétés cultivées sur les deux domaines qui fournissent la distillerie.

L’itinéraire, libre, permet d’accéder en toute sécurité à divers niveaux au sein de l’usine et ainsi de suivre le traitement que subit la canne à sucre. Celle-ci est d’abord pressée pour en extraire le jus, lequel est aussitôt mis à fermenter durant 24 heures. Le vin de canne à sucre de quelque 5o d’alcool qui en résulte est ensuite dirigé vers la colonne à distiller. Ainsi naît le rhum dit agricole.

 

Aurélie Bapté, guide à la distillerie J.M.
Photo courtoisie, Paul Simier
Aurélie Bapté, guide à la distillerie J.M.

LES SECRETS

Aurélie Bapté, la guide de la distillerie, ne cache rien de ce qui fait la qualité des rhums J.M.

«Avant tout, il faut une matière première de qualité. C’est pourquoi nous avons sélectionné trois variétés de canne à sucre qui conviennent au terroir. Ensuite, au moment de la récolte, la canne une fois coupée est livrée à la distillerie dans la demi-heure, puis pressée et mise à fermenter dans l’heure. Cela évite les mauvaises fermentations», dit-elle.

La qualité de l’eau naturelle utilisée pour réduire le degré d’alcool avant la mise en bouteille du rhum blanc (sorti à quelque 80o de la colonne à distiller) a aussi son importance.

Interviennent également le savoir-faire du distillateur dans la manipulation de sa machine, et aussi celui du tonnelier pour choisir et «brûler» les fûts de chêne ayant déjà servi à faire vieillir d’autres eaux-de-vie que le rhum.

Autre preuve que la distillerie J.M. est une bonne maison: au comptoir de dégustation, on peut goûter toute la gamme, y compris le millésime 1998, le plus ancien actuellement disponible...


REPÈRES
  • La Martinique ne compte plus que sept distilleries de rhum agricole (issu de jus de canne et non pas de mélasse), dont certaines produisent des rhums sous différentes étiquettes.
  • Chaque distillerie présente un intérêt particulier. En plus de leurs rhums spécifiques, les distilleries ont développé des attraits originaux : musée du rhum (Saint James), maison historique, jardin de palmiers et galerie d’art contemporain (Habitation Clément), etc.
  • La distillerie J.M. est la seule en Martinique à proposer un atelier de découverte olfactive de ses rhums.
  • Une bonne adresse : La Maison rousse, maison d’hôtes, à Fonds-Saint-Denis, en pleine nature au-dessus de Saint-ierre. www.maisonrousse.com
  • Air Transat, durant la saison hivernale, ainsi que Air Canada desservent la Martinique au départ de Montréal.
  • Infos : www.lamartinique.ca