/opinion/blogs
Navigation

Prêcher par l’exemple

Council of the Federation of Canada's Premiers
Marc DesRosiers/ Sun Media/ Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick a décidé de prendre les grands moyens pour faire avaler en douceur la pilule des mesures d’austérité. Son message est clair, tout le monde doit faire un effort, y compris lui et son équipe. Brian Gallant a décidé de donner l’exemple. Dès le premier avril, il va couper son salaire de 15% et celui de ses ministres de 10%, jusqu’à ce que le budget de la province soit équilibré.

En politique, une image vaut mille mots.  Leurs salaires ne sont pourtant pas exagérés, ils gagnent 17 mille dollars de moins qu’au Québec. Le premier ministre du Nouveau-Brunswick gagne à peine 1000$ de plus qu’un simple député fédéral, soit 164 mille dollars.  Ils ont trouvé un symbole fort pour démontrer leur solidarité.  Quand on veut réussir à convaincre la population, il faut faire sa part. Quand un gouvernement dit que “tout le monde” doit se serrer la ceinture, le “tout le monde” doit également viser les hauts dirigeants.  Même ses opposants n'ont eu d'autres choix que de saluer le geste.  

Ça, le gouvernement libéral du Québec ne semble pas l’avoir compris. Personne n’a encore digéré la prime de 215 000 $ que le ministre Yves Bolduc a empochée pour avoir pris 1500 patients à sa charge pendant son séjour dans l'opposition, des patients qui sont redevenus orphelins quelques mois plus tard. Quand on fait la morale sur la nécessaire rigueur budgétaire et l’importance de faire des sacrifices, il faut prêcher par l’exemple.

Contrairement au Nouveau-Brunswick, pas plus tard que l’automne dernier, le premier ministre Philippe Couillard ouvrait même la porte à une augmentation considérable de la rémunération des élus en contrepartie d'une réforme de leur généreux régime de retraite. Pendant ce temps, il imposait des sacrifices aux travailleurs municipaux pour résorber les énormes déficits des caisses de retraite. Ça donnait vraiment l’image d’un cas de «deux poids deux mesures».

Personnellement, je trouve aussi qu’à 88 mille dollars par année, les députés du Québec pourraient gagner un peu plus, mais PAS dans le contexte actuel. Chaque chose en son temps. Commençons d’abord par rétablir les finances publiques.

Le gouvernement Couillard devrait lui aussi envoyer un signal clair et démontrer que lui et ses ministres sont prêts à donner l’exemple.  Mais il n'y a pas que les baisses de salaire comme symbole.