/news/education
Navigation

Une cellule de crise pour surveiller l’intégrisme

Denis Brière
Photo Archives / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le recteur de l’Université Laval assure avoir l’œil sur une éventuelle propagation d’idées intégristes ou présence d’imams en ses murs grâce à une «cellule de crise qui s’occupe de ce dossier-là».

«C’est très délicat de commenter, mais je peux vous dire qu’on surveille la situation au jour le jour [...] On suit le dossier de très près», a lancé Denis Brière hier, en marge de l’inauguration d’un nouvel espace de recherche à l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec.

Le recteur n’a pas voulu développer davantage le sujet, évoquant de possibles «conséquences sur le plan judiciaire». Il assure toutefois que les étudiants étrangers font l’objet de vérifications en ce sens, bien que personne ne serait précisément sous la loupe. «Ce n’est pas juste eux. On suit l’ensemble des comportements», a-t-il précisé.

Imam controversé

Rappelons que l’imam Hamza Chaoui a étudié en génie électrique de 2007 à 2011 à l’Université Laval. Il était présenté, au moins jusqu’en 2013, comme «prêcheur de la mosquée de l’Université Laval». Montréal a récemment empêché l’imam controversé de prêcher auprès des jeunes dans un futur centre communautaire de la métropole.

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.