/news/politics
Navigation

Le maire d'Ottawa ne veut pas du monument de Harper

Le maire d'Ottawa ne veut pas du monument de Harper
TVA NOUVELLES/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA – Un projet de monument cause tout un malaise à Ottawa. Le fédéral va faire construire un monument national aux victimes du communisme sur un site un peu trop en vue au goût de certains.

L'imposant monument dédié aux victimes du communisme doit coûter 5,5 millions $. Trois millions proviendront du fédéral et le reste d'un organisme privé. Or, de plus en plus de voix le dénoncent, dont le maire d'Ottawa, qui parle d'un gâchis.

«J'ai entendu beaucoup de plaintes et critiques de cette initiative», a dit le maire Jim Watson.

L'imposant monument de 14 mètres de haut doit être construit sur l'artère principale de la capitale, sur un terrain fédéral adjacent à l'immeuble de la Cour suprême.

Un emplacement tout à fait inapproprié, selon un regroupement de près de 5000 architectes. «Bien sûr, une Cour suprême doit rester neutre et ne doit représenter aucune, aucune idéologie», a dit Ian Chodikoff de l'Institut royal d'architecture du Canada. Même la juge en chef de la Cour suprême a exprimé des préoccupations au gouvernement, l'automne dernier. Si bien des citoyens disent aimer l'allure du futur monument, l'emplacement choisi laisse perplexe.

Plusieurs s'interrogent aussi sur la pertinence d'un monument d'une telle ampleur pour les victimes du communisme en plein coeur de la capitale canadienne. «Le communisme n'a jamais été une idéologie dominante au Canada, a expliqué Pierre Anctil, professeur d'histoire à l'Université d'Ottawa. Il n'y a pas eu de victime du communisme au Canada. C'est face à autre chose, là.»

Le promoteur du projet soutient qu'un tel monument au Canada s'impose, disant que les ancêtres de 8 millions de Canadiens ont vécu dans des pays communistes. Quant au site, le gouvernement Harper dit que la décision est prise.