/misc
Navigation

L’héritage de Dean Smith

USA-PEOPLE/SMITH
Photo d'archives Dean Smith

Coup d'oeil sur cet article

Durant sa prolifique carrière d’entraîneur à l’université North Carolina, Dean Smith a tout gagné sur son passage. Depuis l’annonce de son décès, samedi dernier, les témoignages sont unanimes. Sa plus grande victoire fut les relations profondément humaines qu’il a établies avec ses joueurs.

Samedi soir dernier, entouré des siens à Chapel Hill en Caroline du Nord, Dean Smith s’est éteint à l’âge de 83 ans. Depuis 2010, l’ancien entraîneur des Tar Heels de l’université North Carolina (UNC) souffrait d’une forme de démence. Au moment de sa mort, il ne reconnaissait même plus les membres de sa famille.

Même si sa retraite remonte à 1997, l’annonce de son décès a bouleversé l’univers du basketball à l’échelle planétaire. Les hommages ont été nombreux et élogieux.

«Il n’y avait personne de meilleur que lui sur les courts, mais encore plus important, il n’y avait personne de meilleur que lui à l’extérieur des courts. Son amour des gens, c’est ce que je retiendrai le plus de lui», a écrit Roy Williams, son ancien joueur et l’entraîneur actuel à UNC.

«À part mes parents, personne n’a eu plus d’influence sur ma vie que Coach Smith. Il était plus qu’un entraîneur, il était mon mentor, mon professeur, mon deuxième père. En m’apprenant le basket, il m’a appris la vie», a confié Michael Jordan qui a été recruté par Dean Smith et qui a évolué pour lui de 1981 à 1984.

Une légende vivante

On l’a qualifié de coach légendaire ou coach mythique avant même qu’il ne meure. Et pour cause, son palmarès est impressionnant.

Durant ses 36 années à titre d’entraîneur-chef de l’équipe masculine des Tar Heels, de 1961 à 1997, Dean Smith a gagné deux championnats nationaux (1982, 1993), a participé à 11 Final Four, a participé au March Madness pendant 23 années consécutives, a été nommé l’entraîneur de l’année dans la NCAA à quatre reprises et a remporté 879 victoires contre seulement 254 défaites, ce qui le place au quatrième rang des entraîneurs les plus victorieux de toute l’histoire de la NCAA.

En 1976, il a remporté la médaille d’or alors qu’il dirigeait l’équipe américaine aux Jeux olympiques à Montréal. En 1983, il a été intronisé au Temple de la renommée du basketball.

L’équipe avant tout

Au cours de toutes ses années de coaching, il y avait une constance parmi les équipes de Dean Smith : elles ont toutes évolué en préconisant le jeu d’équipe.

D’ailleurs, Smith a instauré un comportement qui est utilisé par une majorité de joueurs de basket – et d’athlètes – à travers le monde. Quand on marque un panier, on remercie le coéquipier qui nous a fait la passe décisive en le pointant du doigt.

Ses relations avec ses joueurs – il en a formé près de 300 – ont toujours eu plus d’importance à ses yeux que la victoire. Même après leur passage à UNC, ses athlètes continuaient de l’appeler pour obtenir ses conseils. Sa loyauté envers eux était indéfectible.

L’activiste

Dean Smith a également milité activement contre la guerre du Vietnam, le nucléaire et la peine de mort. En 1965 alors que la ségrégation sévissait encore en Caroline du Nord, il a recruté Charlie Scott, le premier joueur afro-américain à obtenir une bourse d’études universitaire.

En 2013, Smith a été décoré de la médaille de la Liberté, la plus haute distinction civile américaine.