/misc
Navigation

Et le consultant, il en pense quoi?

emploi travail informatique ordinateur
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

J’ai reçu une avalanche de messages depuis que j’ai publié mon reportage sur le coût des consultants privés en informatique, lundi. Certains sont polis, d’autres moins en me diabolisant comme chevalier d’une croisade contre les consultants privés. Ça reste la publication de chiffres, c’est tout. Parmi les commentaires qui m’ont interpellé, en voici un d’un expert qui a 25 ans d’expérience en informatique gouvernementale,  tour à tour comme employé dans l’entreprise privée, en tant que fonctionnaire et en tant que consultant :

Votre article semble laisser croire qu’il y a trop de consultants privés dans l'informatique gouvernementale...

Moi, je crois, au contraire, qu’il n’y en a pas assez. Et lorsque des consultants sont impliqués, ils ne le sont pas à la bonne place.

Prenons quelques exemples :

Comparons avec le domaine de la santé :
 
Nous avons 20 000 médecins et ils sont tous pour la plupart des entreprises incorporées donc des "privés" au même titre que les consultants privés.    C'est presque 100 % des médecins qui sont des travailleurs autonomes ou des entreprises.
 
22000 x 250 000 $ salaire moyen d'un médecin = 5 Milliard $ par année.

Dans le domaine de la santé,  le ministère de la Santé décide des programmes et services et le privé (les médecins) fait le travail.
 
Comparons avec le domaine de la construction routière:
 
On dépense environ 2 milliards $ par année pour l'entretien des routes (provincial) et le municipal doit en faire autant sinon plus.   Le MTQ écrit sur son site :

La valeur à neuf des infrastructures routières sous la responsabilité du Ministère, dans l'ensemble de la province, est estimée à plus de 30 milliards de dollars.

On peut dire que le réseau routier a été construit à plus de 90 % par le privé n’est-ce pas ?

Le MTQ décide de ce qui doit être fait et le privé fait le travail. 

Comparons avec le domaine de la construction d’une centrale hydroélectrique.

C’est exclusivement le privé n’est-ce pas ?   Le gouvernement décide quand et où une centrale doit être construite et ensuite le privé construit.

Donc, pourquoi l’informatique va si mal au gouvernement ?

1.Parce que les rôles et responsabilités ne sont pas bien définis (en fait ils sont définis à la pièce, chaque organisation gouvernementale ayant son modèle)

2. L’appareil public a démontré son incapacité à faire son travail soit de prendre les bonnes décisions.   SAGIR, RENIR, DSQ pour les plus récents et médiatisés, chacun des ministères a son squelette.

3. Contrairement à nos trois exemples qui sont régis par des ordres professionnels (médecins et ingénieurs) l’informatique n’a pas d’ordre professionnel.  N’importe qui peut s’improviser informaticien ou devenir directeur informatique dans la fonction publique.  Ils peuvent même devenir Dirigeant principal de l’information (grand patron informatique, on l’a constaté lorsque le sociologue Jean-Guy Lemieux a été nommé en 2014) et sous-ministre.

Ça va comme c’est mené et c’est mené par des gens qui n’ont pas la formation ni l’expérience requise pour passer les commandes correctement au secteur privé.

Allons en commission d’enquête et laissons témoigner les acteurs de l’industrie,  tout ce qui va ressortir, c’est 90 % de mauvaise gestion interne et 10 % de malversation et de « profitage » lorsque les appels d’offres sont mal définis et mal écrits.

D’ailleurs, je crois que la principale raison pour ne pas aller en commission d’enquête c’est que le gouvernement sait qu’il va être blâmé dans toute sa légitime grandeur pour les échecs en informatique.

Morale de cette histoire, ce n’est pas tant le milliard de $ de ressources externes qui est inquiétant, c’est le fait que l’informatique gouvernementale est laissée sans direction et sans vision et que les rôles et responsabilités des principaux acteurs ne sont pas bien définis.