/misc
Navigation

Mohamed Fahmy: Harper doit sauver la face...

Mohamed Fahmy
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le journaliste canado-égyptien Mohamed Fahmy a été libéré au cours des dernières heures de la prison du Caire où il croupissait depuis 411 jours, mais il n’a pas pu sauter sur le premier vol commercial disponible pour rentrer au Canada... En fait, il n’a été libéré que provisoirement (moyennant une caution de 40 000 dollars) en attendant son deuxième procès, fixé au 23 février. Décidément, le « cas Mohamed Fahmy »  devant la justice égyptienne aura été absurde du début jusqu’à la fin...


Rappelons d’abord les raisons pour lesquelles Fahmy et deux de ses collègues d’Al Jazerra, l’Australien Peter Greste et l’Égyptien Baher Mohamed, ont été jetés en prison le 29 décembre 2013: AUCUNE!


Les trois ont en effet été jugés coupables d’avoir diffusé des informations trompeuses en couvrant la répression sanglante en Égypte,  sur la foi d’une absence  totale de preuve... En fait, ils ont été déclarés coupables de terrorisme « par association » juste parce que leur employeur, Al Jazeera, est basé au Qatar, un pays soupçonné par l’Égypte de sympathiser avec les Frères musulmans...


La famille de Mohamed Fahmy supplie depuis des mois le premier ministre canadien afin qu’il intervienne directement auprès du Président al-Sissi pour le faire libérer. Des mois pendant lesquels Stephen Harper n’a pas daigné broncher...


Il aura fallu que ce flagrant déni de justice et d’atteinte grave à la liberté d’expression soulève l’indignation de la communauté internationale pour qu’au mois de janvier,  le ministre canadien des Affaires étrangères de l’époque finisse par se rendre au Caire.


Mais après nous avoir annoncé pendant 8 jours la libération « imminente » de Fahmy (qui avait entretemps renoncé à sa citoyenneté égyptienne pour accélérer le processus), John Baird a fait patate dans les négociations. Beau cas de cafouillage diplomatique...


Mohamed Fahmy vient donc d’être remis en liberté temporairement (en même temps que son collègue Baher Mohamed) après avoir croupi en prison pendant plus de 13 mois... pour rien (l’Australien Peter Greste a été libéré le 1 février).


Lui qui souffre d’une hépatite C et d'une blessure à l’épaule a besoin de soins médicaux.  Mais il doit encore rester en Égypte en attendant de subir un deuxième procès -tout aussi bidon que le premier- pour un crime qu’il n’a pas commis. Bref, un deuxième procès pour tout simplement avoir fait son travail de journaliste...


Décidément, Il est temps que Stephen Harper se mêle du cas absurde de Mohamed Fahmy personnellement, s’il veut sauver la face dans son propre pays et sur la scène internationale...