/opinion/columnists
Navigation

Je t’aime, cher pont

J’aimerais que ton propriétaire te protège, te dorlote, qu’il te traite à la hauteur de ta réputation

Coup d'oeil sur cet article

Une nouvelle initiative citoyenne a vu le jour cette semaine pour convaincre le CN de payer sa part pour repeindre le pont de Québec tout rouillé dont il est propriétaire.

Un couple de Québec a décidé de faire signer sur Facebook une carte virtuelle intitulée «Aimons le pont de Québec» pour témoigner de notre attachement au pont. Cette lettre sera ensuite envoyée au siège social du transporteur ferroviaire.

Comme j’ai trouvé l’initiative originale, en ce jour de la Saint-Valentin, j’ai décidé d’apporter ma contribution en écrivant avec humour ma propre lettre d’amour.

Cher pont de Québec,

Si tu savais à quel point tu es important à mes yeux. Tu es beaucoup plus âgé que moi, presque 100 ans maintenant, mais ton corps me fascine encore. Tu es unique en ton genre. J’ai beau regarder ailleurs, il n’y en a pas d’autres comme toi. Tu es le pont de type porte-à-faux qui a la plus longue portée libre au monde.

Je sais que tu es complexé parce que tu as pris un coup de vieux. Mais tu n’as pas à «rougir» de honte pour autant. Tu es encore considéré comme une œuvre majeure d'ingénierie. Personne ne peut t’enlever tous les honneurs que tu as remportés au fil des ans.

Tu es le premier pont à avoir été déclaré Monument historique international par les Sociétés canadienne et américaine des ingénieurs civils, tu figures également dans la liste des lieux historiques nationaux du Canada. Bientôt, tu seras peut-être sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Ce n’est pas rien.

Si je t’aime, c’est aussi parce que tu as de la personnalité, du caractère et un moral d’acier. Tu ne l’as pas eu facile. Tu as survécu à deux accidents graves avant même que tu sois baptisé. Lors de tes deux effondrements, tu as vu mourir des dizaines de personnes, malgré tout, tu as réussi à te relever. Encore aujourd’hui, des trains et des milliers de voitures te passent sur le corps chaque jour, et tu résistes tant bien que mal.

Bien sûr, on t’apporte les soins d’urgence pour ne pas que tu t’effondres une troisième fois, mais j’aimerais qu’on en fasse plus. J’aimerais que ton propriétaire te protège, te dorlote, qu’il te traite à la hauteur de ta réputation. Tu le mérites. Tu as malheureusement été négligé et le traitement dont tu as besoin n’est pas donné. J’espère de tout cœur qu’on va trouver l’argent nécessaire pour le faire puisque tu as encore de belles années devant toi.

En passant, cher pont de Québec, ne sois pas jaloux. Oui, c’est vrai, il m’arrive de fréquenter ton frère qui est beaucoup plus jeune, le pont Pierre-Laporte, mais il n’a pas ton envergure. Pour célébrer tes cent ans en 2017, j’aimerais que tu sois en forme, que tu brilles de mille feux. Et comme cadeau, j’aimerais qu’on t’offre un musée à l’aquarium du Québec qui raconterait aux touristes ton histoire fascinante. Tu es précieux pour moi et j’espère te garder longtemps.

Je t’aime. Véronyque