/sports/ski
Navigation

Alex Harvey est prêt pour les mondiaux

-
PHOTO AFP Alex Harvey a mis avec humeur la table en prévision des championnats mondiaux de ski de fond en Suède en s’adjugeant le deuxième rang.

Coup d'oeil sur cet article

«Ça tombe bien que ma mère soit ici avec moi à la Saint-Valentin. Les fleurs que j’ai reçues sur le podium sont pour elle!»

«Ça tombe bien que ma mère soit ici avec moi à la Saint-Valentin. Les fleurs que j’ai reçues sur le podium sont pour elle!»

Alex Harvey a mis avec humeur la table en prévision des championnats mondiaux de ski de fond en Suède en s’adjugeant le deuxième rang, aujourd’hui, à l’épreuve de sprint en style classique de la Coupe du monde d’Oesterdund.

Cette réussite a ceci d’encourageant qu’elle a été signée sur un parcours de 1,2 km jugé trop court au goût du Québecois, plus enclin aux efforts d’endurance. Après avoir assuré sa qualification pour les rondes finales avec une 26e place, sa tenue en finale a démontré que la forme est bonne. À la mi-course, il a progressé du cinquième au troisième rang à la faveur d’une montée pour ensuite terminer deuxième à 47 centièmes du Norvégien Finn Haagen Kroch. Un autre Norvégien, Timo Andre Bakken, a complété le podium.

«Habituellement, j’éprouve des problèmes de punch et d’explosivité et j’ai plus de facilité dans les épreuves qui réclament de l’endurance. Mais aujourd’hui, tout était là», a résumé l’athlète de Saint-Ferréol, pour qui il s’agissait d’une deuxième médaille d’argent cette saison après celle au 15 km en style classique à Oberstdorf durant le Tour de ski.

Congé demain

Harvey vivra avec ce podium comme dernier souvenir lors des mondiaux qui débutent jeudi à Falun. Après une discussion avec les entraîneurs, il a été convenu qu’il ne participera pas à l’épreuve de 15 km en style libre de demain. Trop d’énergie à investir dans un type de course qu’il n’affectionne pas, d’autant plus qu’il a déjà prévu faire l’impasse sur la même épreuve dans le cadre des mondiaux, le 25 février.

«À cette période-ci de la saison, ça ne sert rien de faire de l’intensité. Il suffit juste à conserver les acquis. La course principale que j’ai à l’oeil dans ma saison, c’est le 50 km à la dernière journée des mondiaux, alors je dois m’assurer de garder mes énergies», explique-t-il.

Peut-être au sprint par équipe

Par contre, son résultat pourrait modifier la commande qui a été établie aux mondiaux. Jusqu’à nouvel ordre, en plus du 15 km, Harvey doit aussi faire l’impasse sur le sprint par équipe. Mais avec sa 13e place d’hier, Len Valjas pourrait devenir un équipier valable pour le Québécois le 22 février.

«On va attendre de voir comment Len va se comporter au sprint qui a lieu au premier jour des championnats (jeudi). Il a bien skié aujourd’hui, mais on va voir», entrevoit Harvey, qui occupe maintenant le huitième rang au cumulatif de la Coupe du monde.