/opinion/blogs
Navigation

Gauche champagne... et détesteurs grassement payés

Coup d'oeil sur cet article

Cela fait des semaines, que dire des mois, et même quelques années que j’essaie de synthétiser la sensation d’étouffement, la morbidité, la petitesse endémique, la gratification de l’ignorance que nous sommes quand même plusieurs à voir s’accentuer au Québec.

Bien sûr, il y a la déprimante situation politique, les mesures d’austérité, la peur de tout un chacun de voir disparaître ses pauvres ou riches acquis. Rien qui ne rende les gens meilleurs, plus ouverts, plus tolérants, plus justes. 

Cependant ce qui me révulse et ce n’est pas parce que je ne partage habituellement aucune de leurs idées, c’est la place prépondérante qu’ont pris tous medias confondus, ceux que j’appelle les détesteurs, traduction simple du mot haters. Vous savez ceux qui ont toujours de bonnes raisons, selon eux, de blâmer tout le monde sauf certains establishments qui pourraient leur apporter quelque chose et avec lesquels ils ont tendance à se comporter en larbins. En général, ils et elles sont prompt-es à disqualifier les idées progressistes, les féministes, la culture, les artistes. À frapper compulsivement sur les assistés sociaux , les soi-disant profiteurs du système et tous les autres, pédophiles et crosseurs qui sont déjà par terre et suscitent la vindicte du grand public. 

La configuration particulière de leurs esprits et de leurs cœurs, la profondeur et le déni de leur complexe de classe les font se méfier de la beauté, des actes généreux, de l’altruisme, de la recherche d’une société plus juste. Ils croient orgueilleusement que s’ils sont rendus là où ils sont, c’est qu’ils le méritent. Ils se sont démerdés, eux. Que les autres fassent pareil! Remarquez, les salaires accordés à certains animateurs et commentateurs ont de quoi les rassurer sur la pertinence de leurs opinions et l’importance de leur personne. 

On les qualifie habituellement de commentateurs de droite. C’est beaucoup leur accorder. Encore faudrait-il qu’ils-elles aient une pensée formée, une idéologie cohérente, de véritables convictions. Et qu’ils-elles s’appuient sur des faits pour justifier leur posture. Occupé-es chaque jour à déblatérer et à allumer des feux, ils n’ont ni le temps, ni l’inclination pour lire, se renseigner, colmater les trous de leur culture générale et... renouveler leurs mantras éculés. Non, on les voit plutôt réagir en fonction de leurs petits intérêts du moment, de leurs préjugés et plus encore à partir de leurs névroses respectives. Mais ça, ce serait long à expliquer  ici! Ainsi certain-es d’entre eux-elles ne perçoivent aucun déshonneur à se dédire ou à se rétracter –plusieurs fois par année- quand le vent tourne en leur défaveur et leur ramène en pleine gueule la tempête qu’ils ont créé. 

Avant, l’on se disait à tort ou à raison que cela n’existait qu’à Québec ou en régions. Malheureusement, ce mauvais esprit a essaimé. Et l’on ne peut que constater que ce sont désormais les voix qui insultent et qui détestent qui prédominent. Sans réelle contrepartie. Populistes à la petite semaine et opportunistes de compétition sont considérés et engagés par les patrons des medias publics justement pour cela. Alimenter un bruit et une fureur qui tournent à vide. Et by the way, contribuer activement à la dégradation du climat social. À la fin, qui cela sert-il? On peut se le demander.