/slsj
Navigation

Festival prometteur

REGARD proposera 200 courts métrages issus de 32 pays

La directrice de la programmation, Mélissa Bouchard, a visionné près de 2000 films pour procéder à la sélection des courts métrages présentés à Saguenay, en mars.
Photo Janie Pelletier La directrice de la programmation, Mélissa Bouchard, a visionné près de 2000 films pour procéder à la sélection des courts métrages présentés à Saguenay, en mars.

Coup d'oeil sur cet article

Ça promet, pour la 19e édition du festival REGARD sur le court métrage, qui se tiendra du 11 au 15 mars, à Saguenay. Au programme : 200 courts métrages répartis sur huit programmes réguliers, dix programmes thématiques et six événements cinématographiques.

Les films présentés aux journalistes mettent littéralement l’eau à la bouche. C’est le cas, entre autres, de Bleu tonnerre du duo explosif Jean-Marc E. Roy et Philippe David Gagné, mettant en vedette la porte-parole de REGARD, Sandrine Bisson, Dany Placard et Isabelle Blais. Un court métrage sous forme de comédie musicale figure parmi la vingtaine de films présentés en première mondiale, lors du festival.

D’autres incontournables ont également été dévoilés aux médias. Pensons à Imelda de Martin Villeneuve, qui a remporté le Prix du meilleur court métrage québécois au Festival Images en vues. Une comédie qui en séduira plus d’un, alors que Martin Villeneuve se prête aux traits de sa grand-mère Mélenda Turcotte Villeneuve, décédée l’an dernier à l’âge de 101 ans.

Les festivaliers auront aussi droit au touchant et percutant Prends-moi, d’Anaïs Barbeau-Lavalette et André Tupin, avec Maxime D. Pomerleau, originaire de Jonquière.

Porte-parole passionnée

Cette année, le rôle de porte-parole de REGARD a été confié à la comédienne Sandrine Bisson. Une occasion qu’elle a saisie sans la moindre parcelle d’hésitation. «Si quelqu’un te donne un voyage dans le sud, est-ce que tu dis non? Ça été le même genre de réflexion pour REGARD, un peu plus c’est moi qui leur demandais! (rires) Je suis une passionnée du format court, j’en regarde tellement, nous apprend la sympathique comédienne».

«Je suis un peu une hyperactive alors si jamais je n’aime pas le court métrage que je regarde; ce n’est pas grave, on passe à l’autre!», ajoute-t-elle.

REGARD s’avère être un incontournable pour les gens de l’industrie. La phrase «Est-ce qu’on se voit à REGARD?» serait sur toutes les lèvres, à Montréal. «Quand un court métrage est envoyé à REGARD, on sait automatiquement que ça rentre dans les bons», affirme la porte-parole.