/opinion/blogs
Navigation

L’angoisse est-elle en train de gagner Québec?

Coup d'oeil sur cet article

À 7 mois de l’ouverture de l’amphithéâtre, la panique semble avoir gagné une partie de la population. Parce qu’il n’y a toujours pas d’équipe de la LNH annoncée pour Québec, certains ont perdu espoir et semblent convaincus qu’on a fait construire un édifice de 400 millions de dollars pour rien. À quoi ça sert d’être aussi défaitiste?

Laissons la chance au coureur, il reste encore 7 mois avant l’ouverture. S’il y a une équipe en septembre, les défaitistes vont s’en mordre les lèvres. Vous direz peut-être que je souffre de jovialisme parce que je garde confiance, mais à quoi ça sert de critiquer inutilement sans connaître l’avenir. L’affaire est peut-être déjà dans le sac sans avoir été annoncé!

Et puis, quoi qu’en dise l’opposition officielle à la ville de Québec, depuis le début, il n’y a jamais eu de garantie sur la venue d’une équipe professionnelle à Québec. Le Journal de Québec a relevé toutes les déclarations du maire et jamais il n’en a fait la promesse. Tout ce qu’il promettait, c’était de livrer un amphithéâtre digne des standards de la Ligue nationale en espérant pouvoir attirer une équipe.  J'en conviens que la nuance est mince, mais elle est là quand même.  Il promettait aussi de ne pas dépasser le budget de 400 millions de dollars. Pour l’instant, ça semble bien parti.

N’oubliez pas qu’en septembre 2011, un sondage Léger Marketing réalisé pour le compte du groupe J'ai ma place, indiquait que 79 % de la population de la région de Québec était en faveur du projet de nouvel amphithéâtre. Maintenant que la construction est presque terminée, il est trop tard pour regretter cet appui.

Il faut faire confiance au gestionnaire. Il n’a pas intérêt à perdre de l’argent dans cette aventure. Et je vous rappelle que selon l’entente, la Ville touchera 10 % des bénéfices nets annuels de l'exploitation des activités de spectacle et 15 % dans le cas où Quebecor ne dénicherait pas de franchise de hockey professionnel.

Ce n’est pas en faisant souffler un vent de négativisme sur la région de Québec qu’on va améliorer les choses.