/opinion/blogs
Navigation

Tout le monde tout nu ! Citation du ministre Yves Bolduc

RE_2014_04_23T213146Z_86821362_GM1EA4O0EW801_RTRMADP_3_CANADA_J
Photo Reuters

Coup d'oeil sur cet article

Tout le monde tout nu !  

- Yves Bolduc

Sauf votre respect, vous vous êtes gouré, monsieur le ministre. Rien au monde ne justifie la fouille à nu d’une élève âgée de 15 ans par la direction d’une école. Elle aura beau être LA trafiquante de la polyvalente, il n’appartient pas au personnel de l’école de valider la chose en déshabillant la suspecte.

On va s’entendre tout de suite. Oui la direction de l’établissement doit s’assurer de la sécurité des étudiants et de son personnel. Oui la même direction peut prendre des mesures pour que cesse le trafic de stupéfiants dans ses locaux. Mais de là à demander à une adolescente d’enlever tous ses vêtements, même de façon discrète derrière un drap tendu, il y a une marge que même le policier que j’étais, et le père que je suis, n’acceptent pas, point à la ligne. On ne cherchait pas un revolver ou un AK-47, on cherchait du pot !

Une fouille à nu respectueuse, ça n’existe pas, qu’on se le dise. J’en ai fait en masse de ce genre de fouille dans ma carrière quand j’étais aux stupéfiants. Jamais je n’ai vu de prévenu être à l’aise devant moi pour ce genre de fouille. Surtout quand, en fin de compte, les petits sacs de plastique tombaient d’un endroit d’où le dos perd son nom. Et même à ce moment monsieur le ministre, cette fouille était faite par des policiers qui avaient mis en état d’arrestation le suspect visé par la fouille. Et cette fouille était accessoire à l’arrestation. Demandez à votre collègue de la Justice de vous en donner l’explication, c’est fascinant!

Jamais, au grand jamais, je n’ai fouillé à nu une femme dans mon travail de policier. J’en ai pourtant arrêté quelques-unes après des enquêtes de trafic de stupéfiants. Encore moins une adolescente, peu importe, la drogue recherchée. Et on ne comptait pas sur le personnel d’une école pour faire le travail d’enquête.

Mon défunt père était directeur d’école, monsieur le ministre. Dans sa carrière de plus de quarante années dans le milieu de l’éducation, il en a vu des vertes et des pas mûres, croyez-moi. Il ne lui a jamais passé par l’esprit de fouiller un ou des élèves à nu, monsieur le ministre. Il faisait appel à la police quand une telle situation se présentait.

Les policiers n’iront pas prendre la place des professeurs et des gestionnaires d’école monsieur le ministre, n’ayez crainte. En échange, pourriez-vous, de manière respectueuse, laisser la job de faire des enquêtes criminelles à ceux à qui la loi le permet?

Et personne n’ira blâmer un(e) policier(e) d’avoir fouillé, même à nu, un(e) suspect(e) après l’avoir mis en état d’arrestation. Et ce, à la conclusion d’une enquête solidement menée, dont les résultats seront présentés dans une cour de Justice, pas dans le bulletin scolaire d’un élève !

Permettez-moi d’abuser respectueusement de vous monsieur le ministre en vous suggérant qu’il est possible que vos conseillers en connaissent peut-être beaucoup en matière d’éducation. Il n’en demeure pas moins qu’ils ne passent pas le test en matière de sécurité publique où encore de justice.

Respectueusement soumis pour votre information et action jugée appropriée...