/news/politics
Navigation

Les ministres muselés

Coup d'oeil sur cet article

Le «gouvernement le plus transparent que les Québécois auront eu» vient d’interdire à ses ministres de parler aux médias sans avoir obtenu les «lignes du jour».

Dans un effort sans précédent pour museler ses ouailles, le premier ministre a annoncé jeudi cette «nouvelle procédure.»

Avant de s’adresser à la presse parlementaire, ces derniers devront avoir obtenu les «lignes du jour», approuvées par le bureau de Philippe Couillard. Les ministres ont d’ailleurs tous refusé de parler aux journalistes à leur arrivée à l’Assemblée nationale.

Les dernières semaines ont été difficiles pour certains ministres libéraux. La déclaration d’Yves Bolduc sur les fouilles à nu «très respectueuses» a fait le tour du monde. Katleen Weil a dû reculer après avoir affirmé qu’elle travaillerait avec un intégriste dans son bureau.

Les journalistes sont «susceptibles», dit Couillard

Philippe Couillard, qui a défendu ce matin cette nouvelle procédure, soutient qu’elle n’a rien à voir avec ces déclarations malheureuses. «Il n’y a aucun lien sinon le fait qu’on veut que le message gouvernemental soit informé sur les faits», a-t-il lancé aux journalistes.

M. Couillard a assuré que la presse parlementaire va continuer à «avoir accès aux ministres» après le caucus. Face à cette grogne, il rétorque que les journalistes se plaignent pour rien. «Je vous trouve un peu susceptibles ce matin. Il n’y a jamais eu un premier ministre aussi ouvert que moi», a-t-il affirmé.

Un accroc «dangereux»

Critiqué par l’opposition, qui dénonce cette «harperisation», en référence à l’opacité du gouvernement Harper, Philippe Couillard se fait aussi attaquer par la Fédération des journalistes du Québec.

Le premier ministre doit reculer sur cette mesure «dangereuse», estime la FPJQ. «Oui c’est dangereux pour le droit du public à l’information, parce que ça va venir restreindre, obstruer cette ligne de communication que l’on doit avoir avec les élus», affirme sa présidente Lise Millette.

«Les élus sont redevables, ils doivent répondre aux questions des journalistes. Et lorsqu’on les empêche de s’adresser librement à la presse, on a un problème si on se dit une société ouverte et démocratique», a-t-elle ajouté Mme Millette.

Le syndicat des professionnels du gouvernement du Québec a lui aussi dénoncé «l’harperisation» du gouvernement Couillard, qui a centralisé l’automne dernier l’ensemble des porte-paroles des ministères au sein du ministère du Conseil exécutif, le ministère du premier ministre.

Cette décision fait craindre que les fonctionnaires ne deviennent «que de vulgaires courroies de transmission d’une information choisie et dictée par le gouvernement», dénonce le syndicat.

Ce qu’ils ont dit

«Regardez Yves Bolduc, incapable de répondre depuis trois jours. Je pense aussi à la ministre Weil. À la ministre Charbonneau. Son équipe est faible, il ne veut plus la laisser parler aux Québécois. Il la cache.» - Agnès Maltais

«M. Couillard semble vouloir agir comme M. Harper et je ne pense pas que ce soit souhaitable pour la démocratie» - François Legault.

«J’ai entendu le premier ministre dire que les journalistes sont susceptibles. Ce n’est pas être susceptible que de se sentir inquiet devant une tentative de contrôle de l’information.» - Lise Millette, présidente de la Fédération professionnelle des journalistes.

Philippe Couillard était pourtant pour la transparence :

«Mon intention est de donner aux Québécois et aux Québécoises le gouvernement le plus transparent qu'ils auront eu au Québec.» 8 avril 2014, au lendemain des élections. ​