/opinion/blogs
Navigation

Lecture pour un champion en patrouille

Igloo mobile de la police
Crédit photo: Image tirée des réseaux sociaux

Coup d'oeil sur cet article

Lecture pour un champion en patrouille

Vous avez vu la photographie. Le Journal de Montréal et le réseau TVA Nouvelles ont diffusé la chose. Elle circule maintenant sur les réseaux sociaux après avoir fait une nouvelle à la télé.

Le conducteur de la voiture patrouille, ou la conductrice, la bêtise humaine n’ayant pas de sexe, envoie tout un message. Il ou elle est peut être en uniforme, on ne peut le voir clairement. Pas plus que la personne au volant peut vraiment voir derrière elle. Ce qui demeure, c’est qu'il y a quelqu’un, quelque part dans le service de police de Roussillon qui n’a pas pris le temps de lire les dernières mises à jour du Code de la sécurité routière du Québec.

Oui je sais, le document est long et compliqué parfois. L’interprétation de certains règlements peut aussi sembler nébuleuse. Mais le fait est que cette personne, ce jour là, a servi à la population qu’il dessert le message que certains articles ne s’adressaient pas à lui. Faites ce que je dis, mais surtout pas ce que je fais!

Sur un appel d’urgence pour sauver une vie? Mmmmm... pas sûr, les gyrophares ne semblent pas en fonction. On est en pleine tempête de neige et l’accumulation se fait à une vitesse olympique? Si c’est le cas, c’est une tempête incroyablement locale en voyant la chaussée et l’autre véhicule en avant. À moins qu'il s'agisse d'une image "photoshoppée" ? Complot...

Peu importe, le champion en question vient de faire passer tous ceux qui portent l’uniforme et conduisent une voiture de police «marquée» pour des gens incapables de servir d’exemple en ne respectant une règle toute simple. Le respect, ça ne s'achète pas, ça se mérite. Et souvent ce sont de petits gestes d'une banalité hivernale que l'on retient.

Est-ce qu’on manque de budget à ce point en Montérégie pour que les balais grattoirs ne fassent pas partie de l’équipement de base dans le coffre des voitures de ce Service. Lançons immédiatement une collecte publique pour les aider! Mieux que ça, qu’ils fassent une demande d’aide financière au MSP ou une demande d’assistance à un autre corps de police, ça presse!

Sinon, je suggère à ce conducteur la lecture suivante la prochaine fois qu’il prendra le volant. Ces extraits du Code de la sécurité routière sont clairs et s’adressent à tous les conducteurs, de tous les métiers et pour tous les véhicules :

281.1. La personne qui conduit un véhicule routier dont le pare-brise et les vitres ne sont pas libres de toute matière pouvant nuire à la visibilité du conducteur commet une infraction et est passible d'une amende de 100 $ à 200 $.

1990, c. 83, a. 116.

Et encore :

267. Un agent de la paix peut exiger du conducteur d'un véhicule le nettoyage ou le dégagement des vitres et du pare-brise lorsqu'une matière obstruante nuit à la visibilité du conducteur.

Le conducteur doit se conformer à cette exigence.

1986, c. 91, a. 267.

J’ai souvent fait appliquer ce règlement lorsque je patrouillais. C’était tellement drôle de voir la réaction du conducteur qui se faisait remettre l’instrument pour déneiger son igloo mobile. Ici, celui qui risque de ne pas la trouver drôle est maintenant une vedette instantanée sur le net.

Voir haut, voir large, voir loin, s’assurer d’être vu et se garder une porte de sortie sont les principes élémentaires de la conduite automobile. Ce à quoi il faudrait peut être ajouter : Voir à l’arrière.

On ne sait jamais, ça pourrait être utile des fois pour remarquer qu’un conducteur amateur de photographie immortalise la gaffe du champion au volant d’une voiture de police...