/slsj
Navigation

Des bleuets « miraculeux »

Des souris moins obèses grâce à ce petit fruit

De nouvelles études démontrent que le bleuet contient des prébiotiques qui favorisent, dans le corps humain, le développement et le maintien des populations probiotiques.
De nouvelles études démontrent que le bleuet contient des prébiotiques qui favorisent, dans le corps humain, le développement et le maintien des populations probiotiques.

Coup d'oeil sur cet article

En plus de diminuer l’incidence du diabète de type 2, de nouvelles recherches ont démontré que des souris soumises à un régime «McDonald» ont cessé d’engraisser lorsqu’on ajoutait des bleuets à leur diète riche en gras et en sucre.

«Le temps où l’on médiatisait les vertus antioxydantes des bleuets est révolu. C’est out. Il ne faut plus en parler, car ce n’est pas de cette façon que ça fonctionne avec le bleuet», explique Yves Desjardins, professeur titulaire et chercheur à la Faculté des sciences de l’agriculture et de l’alimentation à l’Université Laval.

Yves Desjardins n’était pas seul au sein du groupe de l’Institut de nutrition des aliments fonctionnels à avoir déposé récemment les résultats de ses recherches. Il était secondé d’André Marette, Denis Roy et Émile Levy.

Nouveau paradigme

Ces nouvelles études démontrent maintenant que le bleuet, comme la canneberge, contient des prébiotiques qui favorisent, dans le corps humain, le développement et le maintien des populations probiotiques.

«Dans la canneberge, on retrouve des composés que l’on appelle des polyphénols. Ces molécules sont de nature similaire dans le bleuet. On a toujours pensé que ces molécules étaient absorbées par l’organisme et agissaient au niveau des divers organes. Ce qu’on vient de découvrir c’est que l’activité se produit dans l’intestin. Ces polyphénols agissent donc comme des probiotiques qui modifient la flore microbienne de l’intestin afin de provoquer une flore bénéfique à la santé».

Une découverte qui a permis à l’équipe de chercheurs du Dr Desjardins d’en arriver à des conclusions qui changent la donne des vertus médicinales du bleuet et de la canneberge.

«Nous avons constaté que ces flores microbiennes avaient un double effet. Elles empêchent la prise de poids chez la souris. Cependant, il faut faire attention. Il ne faut pas penser que ce sont comme des pilules qui font supposément faire perdre du poids. Par contre, ça modifie le métabolisme. Les souris, qui étaient soumises à une diète grasse avec beaucoup de sucre que je surnomme McDonald, ont cessé de prendre du poids».

«De plus, nous avons constaté que tous les paramètres de glycémie comme la régulation du glucose sanguin étaient améliorés par le traitement de nos procyanidines de canneberge. Dans le bleuet, on retrouve les mêmes quantités», ajoute le professeur.


MARCHÉ MONDIAL DU BLEUET

  • 1990 : 10 pays producteurs
  • 2008 : 20 pays producteurs
  • 2012 : 24 pays producteurs
Depuis 1990, la production mondiale a presque été multipliée par 4 à l’échelle internationale.
 
Depuis 2005, elle a presque doublé.
 
EXPORTATIONS > PRODUCTION
 
Au niveau mondial, les exportations de bleuets augmentent plus rapidement que la production.
 
Les marchés sont fortement interreliés.

► La production a explosé dans certains pays, surtout au : CHILI 

► Le prix du bleuet sauvage sur la scène internationale est fortement influencé par le prix du bleuet en corymbe.

► É-U + Canada + Chili =  95 % de la production mondiale