/news/green
Navigation

La population de Gaspé favorable à l’exploration pétrolière à 69 %

69 % de la population de Gaspé se dit favorable à l’exploration pétrolière par Pétrolia sur le site Haldimand 4.
Photo Nelson Sergerie 69 % de la population de Gaspé se dit favorable à l’exploration pétrolière par Pétrolia sur le site Haldimand 4.

Coup d'oeil sur cet article

Soixante-neuf pour cent de la population de Gaspé se dit favorable à l’exploration pétrolière à la condition que le projet Haldimand 4 soit soumis au Bureau d’audience publique sur l’environnement (BAPE) si jamais il allait en phase exploitation, selon un sondage commandé par Pétrolia auprès de Léger marketing et dont Le Journal a obtenu les résultats.

Par ailleurs, 63 % des personnes interrogées soulignent faire confiance à Pétrolia afin que le projet se fasse dans le respect de la communauté.

Cinquante-six pour cent se disent rassurés par l’étude hydrologique présentée en mai 2014 par l’INRS, soulignant qu’un forage pétrolier sans fracturation à Haldimand 4 ne mettrait pas à risque les puits d’eau potable. Toutefois, le taux diminue à 50 % chez les personnes ayant un revenu supérieur à 100 000 $.

«Ce qui est important, c’est de mesurer la perception du projet dans la communauté. On est satisfait. C’est plutôt stable. C’est un outil pour s’améliorer au niveau de l’acceptabilité sociale», commente le président-directeur général de Pétrolia, Alexandre Gagnon.

Réaction

Pour le groupe Ensemble pour l’avenir durable du Grand Gaspé (EADG), ce sondage est une «grosse campagne de relations publiques».

«Il y a des gens qui sont venus me voir et ils m’ont dit que de la façon dont le sondage avait été fait, il était très difficile de ne pas être en faveur», souligne la présidente, Lise Chartrand.

Selon elle, l’industrie ne tient pas compte des arguments des citoyens concernés par le projet Haldimand 4, à moins de 350 mètres des résidences. Ils craignent une contamination de leur eau potable notamment.

Le sondage a été réalisé du 13 au 20 novembre 2014 auprès de 500 citoyens de Gaspé. La marge d’erreur est de +/- 4,4 %, 19 fois sur 20.

Le ton alarmiste nuit aux environnementalistes

Les plus récentes manifestations contre l’industrie pétrolière finiront par nuire aux environnementalistes, croit le vice-président de l’Association canadienne des carburants, Carol Montreuil.

«Les gens veulent utiliser des symboles forts pour montrer les dangers que les projets comportent. Personne ne nie les risques. Mais le ton alarmiste que parfois les opposants utilisent, à la longue, ça joue contre eux», souligne M. Montreuil, qui ajoute que les manifestants cherchent à attirer l’attention des médias.

«Il faut que la population comprenne l’équilibre entre le développement économique, social et environnemental. Il faut trouver le juste milieu. De tirer la couverte sur le seul plan environnemental, ça nuit au débat», croit-il.