/news/politics
Navigation

Appui massif au Phare

72% des répondants accueillent favorablement le projet de gratte-ciel

Coup d'oeil sur cet article

 

Le plus gros projet de construction de l’histoire de la ville de Québec obtient une forte adhésion du public. Près de trois citoyens sur quatre sont en faveur de la tour de 65 étages à la tête des ponts.

C’est ce que révèle le tout premier sondage réalisé au sujet du «Phare» du Groupe Dallaire, commandé par Le Journal de Québec à la firme Léger. Ce coup de sonde éclair a été réalisé dans la seule journée de mardi auprès de 500 résidents de la ville de Québec.

Pas moins de 72 % des répondants, répartis dans six arrondissements, accueillent favorablement le projet dont les maquettes ont été dévoilées il y a une semaine, jour pour jour.

Même les «voisins» du Phare, dans Sainte-Foy−Sillery−Cap-Rouge, adhèrent au projet dans une proportion de 71 %, alors que, dans La Cité-Limoilou, l’appui est un peu plus tiède, mais tout de même majoritaire, à 59 %.

«Les résultats sont clairs, ils sont éloquents. Les gens de Québec sont derrière le projet. L’appui est très fort; pour moi, c’est un signal d’approbation pour le développement à Québec», expose Caroline Roy, vice-présidente recherche chez Léger à Québec.

«Lorsqu’on fait l’analyse médiatique de tout ce qui s’est dit dernièrement sur le projet, je pense que tous les chroniqueurs urbains ont été beaucoup plus sévères à l’égard du projet que ne peut l’être le citoyen. Avec ce sondage, c’est au tour du citoyen de s’exprimer.» Fait à noter, le taux d’indécis sur le projet est à son plus bas, à 4%.

L’architecture plaît

Quatre personnes sur cinq (79 %) ont été séduites par l’architecture du projet, un pourcentage d’appui identique au projet d’amphithéâtre en 2011. «Pour ces grands projets, on sent l’adhésion des gens de Québec», ajoute Caroline Roy. La flamme du 400e, selon elle, a été «bien entretenue».

Pour 73 % des citoyens, Le Phare deviendra un symbole de fierté.

Ce sondage tend à confirmer les prétentions du maire de Québec, Régis Labeaume, qui invitait encore les médias mardi matin à consulter la population, balayant les critiques du revers de la main.

Méthodologie

La présente étude a été réalisée par Internet auprès d’un échantillon représentatif de 500 résidents de la ville de Québec, âgés de 18 ans ou plus et pouvant s’exprimer en français. Un échantillon probabiliste comporterait une marge d’erreur maximale de +/- 4,38%, et ce, dans un intervalle de confiance de 95% (19 fois sur 20).

Sur le même sujet