/sports/ski
Navigation

La neige ralentit Alex Harvey

Le fondeur de Saint-Ferréol termine 5e au 50 km style classique en clôture des championnats du monde

SKI-NORDIC-WORLD-MEN
photo afp Un travail tenace a néanmoins laissé Alex Harvey terminer cinquième du 50 km des championnats du monde. « Un top 5 aux championnats du monde, c’est super, mais je me sentais mieux que ça », a-t-il avoué.

Coup d'oeil sur cet article

FALUN | Une neige qui tombe en Suède peut être féerique, mais Alex Harvey a découvert qu’elle peut aussi s’avérer maléfique. Le Québécois a payé par l’usure son insistance à animer l’épreuve de 50 km en style classique d’hier, qu’il a finalement terminée au cinquième rang.

La victoire est allée à Petter Northug, qui s’était terré dans le peloton tout le long de la course, avant de se faufiler pour le sprint final comme lui seul en connaît la recette. Le Norvégien a réalisé son coup fumant pour enlever sa 3e médaille d’or de ces championnats du monde, de surcroît sur la terre ennemie de la Suède, en devançant le Tchèque Lukas Bauer et le tenant du titre jusque là sur cette épreuve, Johan Olsson.

«Je me sentais bien. En fait, je me sentais trop bien trop tôt dans la course, ce qui fait que j’ai dépensé du “gaz” trop tôt», a résumé Harvey, à court pour lutter pour le sprint final.

Mauvaise stratégie

Au dernier jour de ces mondiaux à Falun, le ciel avait décidé de l’imposer à la dure durant cette course emblématique. Une neige gorgée d’eau qui est tombée dès la 20e minute a rendu les conditions difficiles sur un parcours déjà sélectif. Sa durée de près de deux heures et 30 minutes atteste son niveau de difficulté.

Disant se sentir «vraiment bien», Harvey avait émis le souhait de dynamiter la course dans l’espoir de diminuer le facteur chance, mais les conditions de travail ont renversé son projet. Passer la majorité de la journée dans un rôle de déneigeur lui a coûté de l’énergie.

«Ce n’était pas la bonne stratégie avec la neige. C’était impossible de se décrocher. Je pensais quand même que ça allait être possible, mais en rétrospective, on voit qu’il aurait été préférable de rester caché dans le groupe. Même lorsqu’un écart de 15 secondes se créait, il valait mieux ne pas forcer parce que ça ne servait à rien», a admis le Québécois, qui améliore sa 28e position de cette épreuve obtenue il y a deux ans à Val di Fiemme.

«Quand de la neige tombe, en style classique, tu traces la piste pour les autres. Regardez Northug, qui était vraiment loin derrière à se protéger tout le long de la course. Bauer aussi. Ça démontre que ça ne valait pas la peine de se décrocher. J’ai joué mes cartes un peu trop tôt», a ajouté le skieur de 26 ans, qui termine ses championnats avec une médaille d’argent au sprint individuel et une de bronze au skiathlon de 30 km.

Satisfaction quand même

Harvey dit avoir retenu la leçon dans ce genre de match, celle de ne jamais dépasser les 10 premiers durant les 40 premiers kilomètres.

«Ça peut paraître un peu frustrant, c’est vrai, mais il faut aussi se ramener à l’ordre. Il faut être satisfait d’une cinquième position aux championnats du monde, surtout dans ces conditions. On voyait tous le podium, c’est pour cette raison qu’il peut aussi y avoir une déception», a commenté l’entraîneur Louis Bouchard.


Confirmé dans l’élite mondiale

FALUN | Malgré sa frustration d’hier, un touriste québécois somme toute heureux se baladera dans les rues de Stockholm durant les deux prochaines journées.

«J’ai quand même obtenu deux podiums à ces championnats du monde. Je pense avoir confirmé que j’appartiens à l’élite mondiale, d’une course d’un kilomètre à celle de 50», a voulu résumer Alex Harvey, au terme de son effort d’hier. Harvey est devenu le premier Canadien à remporter deux médailles à des championnats du monde. Après celle d’argent au sprint individuel, enlevée au premier jour de l’événement, il a répliqué avec une troisième place au skiathlon de 30 km le surlendemain, le samedi 21 février.

«Deux médailles, c’est mission accomplie. Surtout quand on a vu dans la course de 50 km qu’il a été dans le coup de A à Z. Dans ces cas-là, tout peut arriver», s’est réjoui son entraîneur, Louis Bouchard.

Fin de saison

Il reste trois étapes de la Coupe du monde pour clore la saison, dont un arrêt à Lahti en Finlande, en fin de semaine prochaine.

«J’ai quand même hâte aux deux prochaines fins de semaine, mais j’ai hâte aussi de rentrer à la maison», avoue Harvey, huitième au cumulatif de la saison.


RÉSULTATS

PETTER NORTHUG, Norvège, 2 h 26 m 2 s

2 LUKAS BAUER, Rép. tchèque, + 1,7 s

3 JOHAN OLSSON, Suède, + 2 s

4 MAXIM VILEGZHANIN, Russie, + 2,8 s

5 ALEX HARVEY, Canada, + 6 s

19 GRAEME KILLICK, Canada, + 1 m 44 s

30 IVAN BABIKOV, Canada, + 3 m 48 s