/sports/opinion
Navigation

Défaite amère

Coup d'oeil sur cet article

Plutôt que de parler d’une belle victoire d’un coureur rusé il y a quelques jours, la planète vélo se moquait de la défaite de l’équipe Etixx-Quick Step, incapable de profiter d’un trois contre un très avantageux.

Ian Stannard (Sky) a remporté le Het Nieuswblad samedi dernier en ouverture de la saison belge. Dans les derniers kilomètres, la supériorité numérique n’a pas permis à Stijn Vandenbergh, Niki Terpstra et Tom Boonen de le battre. Comment perdre une course, devrait-on retenir. On a bien vu Bradley Wiggins appuyer son coéquipier, mais Stannard s’est retrouvé pris au piège à la fin.

Les Quick Step ont manqué de leadership et de cohésion. L’équipe n’avait pas de radio puisque la course n’était pas de niveau World Tour. Ils auraient dû protéger un coureur et faire rouler les deux autres. J’aurais choisi Boonen pour le sprint, l’idole des Belges qui a une pointe de vitesse plus élevée que Stannard.

Un froid

La réunion d’après-course ne devait pas être très agréable. Le directeur a dû hausser le ton. Une telle gaffe laisse un froid. Chez Quick Step, la victoire de Mark Cavendish le lendemain sur Kuurne-Bruxelles-Kuurne n’efface pas l’échec puisque ce ne sont pas les mêmes coureurs qui participaient à cette épreuve. L’amertume reste puisque les trois cyclistes en cause vont se suivre pour les autres classiques.

J’ai participé trois fois à cette course. En 2011, c’était ma première classique. Sous la pluie, le vent, les secteurs pavés et les freins grugés, je n’ai pas trop compris ce que je faisais là avec des gars qui se battent au coude à coude pour se placer devant. Ce ne fut pas une expérience concluante mais j’ai compris que je devais être prêt à tout.

Dimanche, Hugo Houle a terminé 21e, dans le premier groupe. Son niveau qui augmente est de très bon augure.

Paris-Nice

Dans les prochains jours, le peloton professionnel met le cap sur les Trois jours de Flandre-Occidentale (6-8 mars), Paris-Nice (8-15 mars) ou Tirreno-Adriatico, en Italie (11 au 17 mars). Vincenzo Nibali, Alberto Contador et Chris Froome ont choisi d’aller en Italie.

Bradley Wiggins et Richie Porte (Sky) seront à Paris-Nice, tout comme le Québécois Dominique Rollin, qui tentera d’aller chercher une première victoire pour Cofidis. Sur cette course préparatoire française, la météo devrait encore jouer un rôle déterminant. Même la neige a déjà brouillé les cartes.

Astana en danger

L’UCI a demandé le retrait de la licence de l’équipe Astana en raison des divers cas de dopage. Sans cette licence, Astana ne pourra pas prendre part aux grandes épreuves comme le Tour de France. En défense, l’équipe a jusqu’au 20 mars pour se justifier. La perte de la licence amènerait de grands changements dans le peloton puisque les contrats des cyclistes seront brisés et ils pourront alors joindre une autre équipe.

La démarche de l’UCI me semble impartiale et on perçoit une forte conviction de leur part pour un sport plus propre. En espérant que l’équipe n’obtienne pas un passe-droit dans le final.

— Propos recueillis par Jean-François Racine