/news/politics
Navigation

«L'immense plaisir» d'une fonctionnaire qui recevra son plein salaire pendant ses 13 mois de préretraite

Plantes vertes, 2 M$ de frais d'entretien
photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Voyage en Europe et ski de printemps sont au menu d'une fonctionnaire qui continuera de recevoir son plein salaire pendant plus d'un an avant de partir à la retraite.

Chef d'équipe au service de recouvrement de Revenu Québec, elle a fait part de ses projets dans un courriel qui a circulé dans l'administration gouvernementale ces jours-ci et dont notre Bureau parlementaire a obtenu copie.

«C'est avec un immense plaisir que je vous annonce que vendredi le 27 février je prendrai ma préretraite, ayant près de 200 journées de maladie et beaucoup de vacances, ce qui m'accorde 13 mois de préretraite. La vraie retraite sera effective le 23 mars 2016. Je pars avec la satisfaction du travail accompli», a écrit à ses collègues et patrons l'employée, dont nous tairons le nom.

Ce courriel peu commun a rapidement fait le tour de la haute fonction publique. Si cette situation n'est pas unique dans l'appareil de l'État, rares sont ceux qui exposent aussi ouvertement les généreuses conditions de travail offertes dans le secteur public.

«Malaise»

«Pour débuter ma préretraite, je vais skier et profiter pleinement du ski de printemps, enchaîne la nouvelle retraitée. Enfin j'aurai plus de temps pour penser à moi, j'en profiterai pour lire, cuisiner, voyager et accomplir des projets que j'ai en tête depuis un bon bout de temps.»

Des déplacements en Europe sont également dans les plans de la fonctionnaire durant sa prochaine année de préretraite. «En décembre prochain, j'irai voir ma fille qui étudiera à Strasbourg l'architecture, et j'en profiterai pour visiter les marchés de Noël de la région», écrit-elle.

La missive a créé «un véritable malaise» chez les mandarins de l'État, selon nos informations. Surtout à l'orée d'une négociation qui s'annonce ardue entre le gouvernement et ses quelque 550 000 employés.

Les congés de maladie sont d'ailleurs visés par les demandes patronales déposées en décembre dernier par le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux. Québec veut mettre un terme au cumul des congés de maladie chez les fonctionnaires.

Le gouvernement Couillard veut réduire de douze à sept le nombre de jours de congé de maladie attribués annuellement, qui seraient remboursés chaque année s'ils ne sont pas utilisés.

Le ministre Coiteux veut éliminer en cinq ans les banques de congés pour maladie que se sont constituées certains fonctionnaires.