/news/currentevents
Navigation

Une vente illégale d’ivoire bloquée par des chercheurs de Québec

Une première au pays pour Guillaume Labrecque et son équipe de l’Université Laval

L'expert en datation au carbone 14, Guillaume Labrecque, est le premier au Canada, avec son équipe, a avoir servi la justice avec ce procédé qui permet de déterminer l'âge absolu d'un composé. En mortaise, les défenses analysées.
Photo Le Journal de Québec, Simon Clark L'expert en datation au carbone 14, Guillaume Labrecque, est le premier au Canada, avec son équipe, a avoir servi la justice avec ce procédé qui permet de déterminer l'âge absolu d'un composé. En mortaise, les défenses analysées.

Coup d'oeil sur cet article

Des experts de l’Université Laval ont servi la justice grâce à des compétences peu communes et ont ainsi permis la condamnation d’une maison de vente aux enchères de Toronto, une première au pays.

Des experts de l’Université Laval ont servi la justice grâce à des compétences peu communes et ont ainsi permis la condamnation d’une maison de vente aux enchères de Toronto, une première au pays.

Five Star Auctions and Appraisals a attiré l’attention d’agents d’Environnement Canada en novembre 2013, lorsqu’elle a proposé deux pièces comme étant des antiquités. Celles-ci ont été provisoirement saisies par les agents afin de valider la date du décès des animaux ayant fourni l’ivoire les constituant.

C’est grâce à la datation au carbone 14 qu’un expert de l’Université Laval a pu fournir les informations demandées par les agents de l’organisme fédéral. «Ils m’ont contacté pour savoir si l’on pouvait dater ça», explique Guillaume Labrecque, du laboratoire de radiochronologie de l’Université Laval. Faite en collaboration avec d’autres experts de l’Université Columbia, l’analyse a permis de découvrir que les bêtes avaient été abattues en 1977 et 1978.

Or, les défenses en ivoire provenant d’un animal tué après le 3 juillet 1975 ne sont plus considérées comme des antiquités et, par conséquent, leur vente est illégale. Il s’agit d’une réglementation découlant de la Loi sur la protection d’espèces animales ou végétales et leur commerce international et interprovincial.

Un long procédé

La datation au carbone 14 est un procédé qui permet de déterminer l’âge d’un composé. M. Labrecque et son équipe ont plutôt l’habitude d’analyser le bois, le charbon de bois, les coquillages ou la tourbe.

À partir d’éléments obtenus de la combustion et des processus de purification, les experts recueillent des données. «Ce sont ces données qui font que l’on peut donner un âge», précise-t-il. Toutefois, le processus avec les défenses a été un peu plus compliqué.

Processus d’analyse long d’un mois

«J’ai “drillé” dedans et ça m’a donné de la poudre. Je l’ai transformée en collagène, qui est ensuite brûlé avec des réactifs. Ce sont deux étapes de plus», explique M. Labrecque. Deux minuscules trous menant à un processus d’analyse ayant duré plus d’un mois ont permis de dénoncer l’entreprise et sa directrice, Chun Al Jin.

«[Ç’a donné] l’intervalle de temps pendant lequel les défenses ont poussé pendant sa vie. Quatre dates pour les défenses, donc deux pour chaque», précise l’expert. La directrice et l’entreprise ont chacune écopé d’une amende de 9375 $ et ont dû céder les défenses aux autorités.

L'expert en datation au carbone 14, Guillaume Labrecque, est le premier au Canada, avec son équipe, a avoir servi la justice avec ce procédé qui permet de déterminer l'âge absolu d'un composé. En mortaise, les défenses analysées.
Photo Courtoisie

Les défenses analysées par l’équipe de chercheurs de l’Université Laval. 

 

Brèves

Qu’est-ce que le carbone 14?

• Le carbone 14 est un isotope radioactif du carbone

• La datation au carbone 14 est un procédé par lequel plusieurs traitements d’une substance organique permettent d’évaluer l’âge absolu de celle-ci

• La substance à analyser est traitée chimiquement pour éliminer les impuretés

• Elle est ensuite brûlée avec des réactifs

• Le CO2 produit est également purifié

• Ce CO2 est transformé en graphite pur. Grâce à un processus de physique nucléaire, les particules contenues dévoilent l’âge absolu de l’objet