/news/world
Navigation

L’Islamic Human Rights Commission décerne son prix de l'islamophobe de l'année à Charlie Hebdo

L’Islamic Human Rights Commission décerne son prix de l'islamophobe de l'année à <i>Charlie Hebdo</i>
Reuters

Coup d'oeil sur cet article

L’Islamic Human Rights Commission, un groupe de défense des droits de l’homme musulman, a décerné son prix de l’Islamophobe de l’année aux employés du journal satirique Charlie Hebdo.

L’Islamic Human Rights Commission, un groupe de défense des droits de l’homme musulman, a attribué son prix de l’islamophobe de l’année aux employés du journal satirique Charlie Hebdo.

En entrevue à Newsweek, le président de l’organisation musulmane basée à Londres, Massoud Shadjareh, a expliqué que ce prix ne vise pas à cautionner les attaques commises contre l’hebdomadaire français il y a à peine deux mois. Le prix constitue plutôt une «satire».

«Dans un certain sens, je trouve que c'est approprié. Charlie Hebdo reprochait aux musulmans de ne pas avoir de sens de l'humour et de tout prendre au premier degré. On nous demandait de ne pas trop prendre ces critiques au sérieux.»

Si M. Shadjareh qualifie les attaques perpétrées au siège de Charlie Hebdo de barbares, il ne dégage pas pourtant le journal satirique de toute responsabilité. Il prétend effectivement que la publication d’une caricature du prophète Mahomet dans le numéro suivant les attentats est responsable de violentes manifestations comme au Niger et au Pakistan. «On ne peut pas dire qu'un côté est responsable et l'autre pas» a-t-il expliqué.

Selon M. Shadjareh, de tels prix sont efficaces, puisqu'ils permettent de vaincre les stéréotypes qui existent envers la communauté musulmane. Le gala de l’Islamic Human Rights Commission a lieu depuis 2011.

L’Islamic Human Rights a aussi récompensé la communauté de Cold Lake au Canada dans l’une de ses catégories réservées aux «prix positifs. Cette communauté avait converti un graffiti antimusulman sur une mosquée locale en message de support envers la communauté.

Par ailleurs, l'organisation jouit d’un statut consultatif auprès de l’ONU depuis 2007.